Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

L’UNION EUROPÉENNE rêve d’intervenir dans un pays imaginaire

Ennuyeuses, les réunions des ministres européens ? Les autorités néerlandaises, qui président pour six mois le Conseil de l’Union européenne, s’emploient manifestement à casser cette image austère. Le chef de la diplomatie des Pays-Bas, qui réunissait le 5 février ses vingt-sept collègues à Amsterdam, leur avait réservé une petite surprise : la projection d’un film, ou plutôt d’une série de trois. Une fiction située dans un avenir non précisé, mettant en scène une crise majeure éclatant dans un pays voisin de l’UE inventé pour la circonstance, baptisé Morghia.

Libre adaptation du prochain roman de Michel Houellebecq ? En tout cas, les scénaristes ont mis en scène des élections qui tournent mal, des tensions qui s’exacerbent, des menaces d’affrontements qui se précisent. Toute ressemblance… En réalité, il s’agissait moins de distraire les ministres – dont on pensait naïvement qu’ils étaient confrontés à suffisamment de crises réelles pour n’avoir point besoin d’en inventer de nouvelles – que de les faire réagir sur l’attitude à tenir dans cette configuration (à peine) imaginaire.

Car naturellement, l’UE est généreuse et secourable. Ses valeurs lui imposent de ne pas rester indifférente aux malheurs des voisins, surtout si un peuple s’avise de dévier du droit chemin. Du coup, ça n’a pas manqué. « Ce qui est intéressant est que, parmi les ministres, prévalait très majoritairement la volonté commune de faire participer l’Union européenne très tôt à la crise. Un certain nombre de participants étaient même prêts à envoyer un battlegroup (groupement tactique intégré, constitué de militaires de plusieurs pays de l’UE, NdlR) », a confié à quelques journalistes le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders – comme le relate le site spécialisé B2.

On peut certes objecter que dans la réalité, les dirigeants européens sont plus hésitants – ne serait-ce que parce que les intérêts entre les différentes capitales sont loin d’être toujours convergents. Et que lesdits groupements tactiques n’ont encore jamais été utilisés. C’est du reste ce dont se lamentent les partisans les plus enthousiastes de l’intégration européenne. Ceux-ci regrettent probablement que quelques détachements bleu-étoilés n’aient été parachutés sur Kiev (mais là, les groupes néo-nazis se sont chargés de faire entendre raison aux nostalgiques des liens avec Moscou, dieu soit loué) ; ou bien ne le soient demain à Chisinau (Moldavie), où les forces pro-occidentales sont en difficulté. Ou, a fortiori à Varsovie ou à Budapest, si, décidément, les dirigeants de ces pays continuent à faire la mauvaise tête vis-à-vis de Bruxelles.

Le jeu de rôle a permis de confirmer qu’en théorie en tout cas, les ministres ne rechignaient pas à envisager une douce et généreuse solidarité bottée. Même le représentant britannique, qui ne cesse de mettre en cause (dans les mots) le concept d’« union toujours plus étroite » ne semble pas s’être particulièrement offusqué de cette si européenne gentillesse.

Décidément, il faudrait emmener les ministres plus souvent au cinéma. Pour la prochaine séance, une projection privée du Réveil de la Force ?

 

Article de Pierre Lévy initialement paru sur le site de RT France.

 

SOURCE:

 

Commenter cet article