Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Vladimir Poutine

Vladimir Poutine

Occident vs Russie: pourquoi la faute

 revient toujours à Poutine

Ici - l'Europe infaillible démocratique, là - la Russie maudite sous le règne d'un diable assoiffé de pouvoir. L'Occident s'accorde sur le fait que le président russe est coupable de tous les maux du monde, et souhaite cultiver cette idée chez ses alliés. Mais une telle approche, ne semble-t-elle pas être trop simpliste, pour ne pas dire absurde?

On branche l'ordinateur, qui est là? Poutine. On ouvre un journal, le même visage sur les pages. Du conflit ukrainien, de la crise migratoire à Pegida, la communauté internationale semble attribuer tous les problèmes au président russe. Et on en arrive à quoi, à lui reprocher une mauvaise coiffure de Mme Merkel?

Le Poutine imaginé

Vladimir Poutine est un fantôme. Mais comme tous les fantômes, ce Poutine qui nous regarde des écrans et des pages des journaux est créé par notre propre imagination, lit-on dans un article du Spiegel Online.

"Putinversteher" ("celui qui comprend Poutine") est un mot tristement connu en Allemagne. Lors de la crise ukrainienne, les "Putinverstehers" réussissaient toujours à trouver des excuses aux démarches du président russe, une tactique imprudente par rapport aux Occidentaux.

A l'époque, l'Occident favorisait la vision de Poutine en tant que fou dans la politique internationale. Angela Merkel a estimé qu'il vivait dans son propre monde. Mais c'est déjà du passé, aujourd'hui M. Poutine porte le nom de diable chez les Occidentaux.

 

Pourquoi il faut blâmer les Russes

On est tous maintenant de mauvaise humeur sur la scène internationale. Vous savez pourquoi? Les Russes. La faute aux Russes!
 

"Je n'exclus pas personnellement que le terme de +Lügenpresse+ (+la presse menteuse+) a commencé à être utilisé en Allemagne à cause des services secrets russes", a déclaré Ulrich Wickert, présentateur allemand connu pour ses polémiques, dans un entretien.

Un journaliste perplexe lui a répondu, désignant Pegida en tant qu'auteur initial du mot.

M. Wickert ne l'a pas contesté. Mais d'où provient cette idée? Est-ce qu'il y a des preuves du soutien russe apporté à Pegida? Non, personne ne le sait au juste. Ce qui n'empêche pas de l'affirmer.

Dans le cas de Poutine, des Russes, c'est la même chose: personne ne sait s'ils sont derrière les problèmes existants, mais personne n'hésite curieusement à l'affirmer.

La Russie absurde

Le monde d'aujourd'hui ressemble à un horrible conte de l'époque victorienne. Voilà l'Europe clairvoyante, dirigée avec raison, et voici la Russie sombre où règnent la violence, l'anarchie, les passions, la Russie qui rêve d'amener l'Europe infaillible au bord d'un précipice.

Vraiment, c'est incroyable: le ministre des Affaires étrangères du grand empire, englobant 11 fuseaux horaires, s'emploie à régler l'affaire d'une fille de 13 ans, Allemande russe de Marzahn (quartier de Berlin), qui s'est disputée avec ses parents et n'est pas revenue à la maison dans la nuit. Absurde!

Et puis, de l'autre côté, publier un rapport de 329 pages, rédigé par les Britanniques, disant qu'il est "probable" que Vladimir Poutine ait consenti à l'assassinat de Litvinenko (un ancien agent des services secrets russes, opposé à M. Poutine), ce n'est pas absurde, c'est bien raisonnable? Et ici toujours pas de preuves, mais accusations, accusations… comme les meilleures traditions le veulent.

L'Occident n'a pas le droit de moraliser

Depuis fin septembre, les forces russes se trouvent engagées dans le conflit syrien. En six mois ou moins, les frappes russes ont réussi à renverser le cours des choses dans la région, ayant ouvert la voie aux troupes gouvernementales syriennes.


 

"La Russie a réussi à renverser le cours de la guerre qui était qualifié d'irrévocable en Allemagne", écrit-t-on dans une des récentes éditions de FAZ.

 

En cela, on s'acharnait à convaincre tout le monde qu'il n'existait pas de solution militaire au conflit. Peut-être s'agissait-il d'une solution qui déplaisait à l'Occident?

Le sénateur américain Daniel Coats, jadis ambassadeur à Berlin, accuse la Russie d'utiliser les migrations comme une "arme". Ursula Gertrud von der Leyen, ministre allemande de la Défense, déclare en colère que Vladimir Poutine mène un double jeu en Syrie.

Mais non, que se taisent ceux qui en parlent, et qui évoquent les victimes des frappes! En cinq ans, la guerre a fait au minimum 250.000 morts et a poussé plus de 11 millions de personnes à quitter leur pays natal — et l'Occident n'y a pas remédié, affirme l'auteur de l'article du Spiegel. Non, il regardait calmement, sous l'angle de l'indifférence, de l'incompétence et de l'affairisme, la Syrie brûler. C'est pourquoi ils ont perdu leur droit de moraliser.

En réalité, cette sorte de rhétorique sert d'excuse de la présence militaire occidentale en Europe de l'est. En clair, cette guerre froide fait le jeu des Occidentaux. Et l'ennemi commun en la personne de Poutine en est indispensable, son image de diable permettant à l'Occident de faire bonne figure.

 

 

SOURCE:


 

Commenter cet article