Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Mauricio Macri

Mauricio Macri

Le 22 novembre 2015 le néo-conservateur et ultralibéral Mauricio Macri était élu à la tête de l'Argentine ( voir : l'Argentine vire à droite ). Après plusieurs années de "kirchnérisme" et de progrès social, le peuple argentin semblait avoir fait un choix, sans doute influencé par la propagande impérial. Plusieurs mois après cette élection, la réalité a très rapidement rattrapé ceux qui se faisaient des illusions sur ce que serait la présidence de Mauricio Macri.

Alors que les précédents gouvernements argentins se concentraient sur la lutte contre la pauvreté, et avaient entamé un bras de fer contre les "fonds vautours", le nouveau président se targue d'être un bon élève de Washington et de la finance mondiale. Non content d'avoir ramené l'Argentine dans les griffes du FMI, le gouvernement argentin n'en finit plus de tout mettre en oeuvre pour briser les acquis sociaux qu'a obtenu le peuple argentin. Entre les baisses d'impôts pour les multinationales agro-alimentaires, l'augmentation du prix du gaz et de l'électricité, la dévaluation du peso argentin où encore les mesures de privatisations ; rien n'échappe à la marionnette américaine.

Les mobilisations des travailleurs argentins ne cessent de se multiplier, et les indécis du peuple argentin qui avaient donné leur voix à Macri lors des élections doivent sans doute regretter leur choix à l'heure actuelle. Le gouvernement entend aussi revenir sur le droit à l'éducation pour tous, en diminuant le budget alloué au ministère de l'Education. Tous les efforts des Kirchner sont en train d'être réduits à néant, pour le plus grand bonheur de la classe dirigeante.

L'Argentine n'hésite même plus à violer des accords internationaux signés avec les pays progressistes, au dépend des populations les plus pauvres et les plus isolés du pays. Ainsi, le nouveau ministre de la santé argentin a décrété que les 380 médecins argentins, formés à Cuba, et exerçant dans les zones reculées de l'Argentine ne pourront désormais plus exercer.
Cette surprenante décision traduit en réalité ce qu'entend mettre en place le nouveau gouvernement, au niveau international.

En bon élève de l'impérialisme américain, Mauricio Macri ne semble pas supporterr les tentatives d'unité régionale autour de l'UNASUR, du MERCOSUR, de la CELAC, où encore de l'ALBA, et fera tout pour les briser.
Enfin, comme tout bon gouvernement libéral au service des multinationales, le gouvernement ne déroge pas à la règle de la criminalisation de l'action syndicale et salariale. A un point tel qu'en quelques mois, Amnesty International dénonce déjà plusieurs cas de violences policières à l'encontre de manifestants, dont des matraquages d'enfants.

Sans doute le cas argentin montrera-t-il l'exemple aux peuples latinos-américains, où tout du moins à ceux qui voudraient renoncer à leur avantages sociaux acquis grâce au courage des gouvernement progressistes de la région. A l'image de la République bolivarienne du Venezuela, où la droite est désormais majoritaire à l'Assemblée, ces exemples nous montrent que la lutte n'est jamais terminée. Les années de Mauricio Macri seront à n'en pas douter, celles du chômage, de la misère sociale et de la soumission au FMI. Ce seront aussi des années de résistance populaire et de lutte des classes qui apparaissent plus que jamais d'actualités.

 

SOURCE:

Commenter cet article