Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

CGT : être RÉFORMISTE c'est incompatible avec être de CLASSE !

La CGT continue de se réclamer du syndicalisme de classe et de masse.

Cela statutairement.

Pourtant cela n'empêche pas Philippe Martinez de considérer que le syndicalisme est par essence réformiste!

C'est ainsi que dimanche dernier dans « Le Grand Jury » sur RTL-LCI aux questions des journalistes de la station (Elisabeth Martichoux et Guillaume Roquette) qui opposent une CFDT qui serait la seule utile aux travailleurs à la CGT campant dans l'opposition aux réformes il répond :

« C'est une présentation fausse des choses; le syndicalisme est par principe réformiste; on est pour des réformes sociales; en 1936 quand il y a eu les congés payés c'était une réforme »

Et il ajoute

« Je m'explique sur la notion de réforme.

Une réforme sociale c'est pour améliorer le sort des salariés...

Toutes les réformes qui ont été d'ailleurs portées par la CGT.

des réformes c'est un mieux pour les salariés.

La notion de réformiste non-réformiste c'est une fausse notion »

 

En disant cela Philippe Martinez oublie l'histoire du mouvement syndical et gomme les réalités essentielles de l'heure comme les orientations dont la CGT continue de manière contradictoire à se réclamer :

depuis longtemps si ce n'est aux origines du syndicalisme deux courants essentiels s'affrontent : un courant réformiste visant à corriger à la marge le capitalisme, à l'accompagner ET un courant révolutionnaire partisan des luttes quotidiennes de défense des salariés MAIS ayant pour objectif la suppression du salariat et de l'exploitation capitaliste.

dans la crise actuelle du capitalisme, dans l'insertion de l'Union européenne les classes dirigeantes n'ont aucune réforme véritablement sociale à offrir mais seulement une remise en cause générale de TOUS les conquis des travailleurs en particulier depuis la Libération. On a pu le constater en grand avec le traitement ignoble infligé au peuple grec.

Comme avec l'acharnement de l'oligarchie de droite et de « gauche » à détricoter les avancées du programme du Conseil National de la Résistance" depuis plus de 30 ans!

Et c'est ligoter les travailleurs que de continuer à entretenir l'illusion d'une Europe sociale possible dans le cadre des traités actuels ou de laisser croire que de nouveaux conquis sont possibles dans le cadre de « négociations » ou de « concertations sociales" » entre  « partenaires sociaux ».

c'est par ailleurs ne pas respecter les orientations réaffirmées de la CGT que de la qualifier de réformiste en cantonnant son rôle à l'obtention de réformes sociales alors que dans la tradition séculaire de l'organisation la CGT s'est toujours réclamé de la double tâche du mouvement ouvrier : défense acharnée au quotidien des revendications ET participation à la transformation de la société dans une perspective anticapitaliste et de subversion de l'ordre social d'exploitation existant.

C'est ainsi que le préambule des statuts actuels affirme :

 

« Le syndicalisme est né de la double volonté des salariés de défendre leurs intérêts immédiats et de participer à la transformation de la société ».

La CFDT a donc choisi son camp et il ne s'agit pas de simples différences qui pourraient être surmontées par un peu de bonne volonté.

Le « syndicalisme rassemblé », syndicalisme de sommet rappelons-le, est à cet égard une impasse totale!

C'est de trahison des intérêts des travailleurs qu'il s'agit.

Pour réellement retrouver sa tradition historique, au lieu de reculer devant les accusations de la droite et du MEDEF l'accusant de conservatisme, la CGT doit revendiquer haut et fort son intransigeance dans la défense immédiate des intérêts des salariés, des précaires, des sans emploi, de la jeunesse, des femmes ... ET sa perspective de changer réellement en profondeur la société capitaliste porteuse d'exploitation, de misère, d'humiliations ... et de guerre.

C'est ainsi que la CGT sera réellement utile aux travailleurs.

Des bases de plus en plus nombreuses de la CGT sont de fait sur ces orientations comme en attestent les initiatives très nombreuses qui la placent à la tête des luttes actuelles.

Et c'est au 51e congrès de sortir des ambiguïtés et des renoncements qui dans les années 90 ont conduit des dirigeants à retirer des statuts l'objectif de « la collectivisation des grands moyens de production et d'échange ».

Tous donc dans la lutte pour le retrait de la loi scélérate du travail et pour un congrès de la CGT qui revienne aux exigences révolutionnaires qui ont donné à la « grande dame » son prestige en France et dans le monde!

 

Le Front Syndical de Classe

Le 15 mars 2016

 

SOURCE :

 

 

 

CGT : être RÉFORMISTE c'est incompatible avec être de CLASSE !

Commenter cet article