Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

La justice et la police au service du pouvoir

La justice et la police au service du pouvoir

Alors que le pouvoir PS tente de réduire à néant le Code du Travail, qui traduit dans la Loi les acquis accumulés par les salariés depuis plus de cent ans, la colère monte, les citoyens manifestent de plus en plus ouvertement leur opposition frontale au gouvernement et au grand patronat dont il est le fondé de pouvoir.

C'en est trop pour l'oligarchie. Celle-ci exige que soit menée à son terme la contre-révolution sociale nécessaire aux nécessités du marché. Et de mobiliser le pouvoir judiciaire pour interdire toute manifestation de mécontentement populaire dans sa forme publique.

Aussi les Parquets aux ordres saisissent les juridictions qui poursuivent et condamnent les militants syndicaux en lutte, tels ceux d'Air France et de Goodyear, les citoyens qui expriment tout haut leur colère, comme à Mulhouse. Elles interdisent les formes d'action collectives, telles la libre distribution de tracts dans la rue.

C'est clair : la violence d'Etat tente par la force de s'opposer à la mobilisation populaire qui pourrait menacer le pouvoir oligarchique.

Alors, en France, aujourd'hui, sommes-nous entrés dans une phase nouvelle de la domination du Capital ?

La réponse est oui.

Pouvons-nous appeler ce système de gouvernement le fascisme ?

Dans la mesure où cette politique de répression sociale et politique est pratiquée par le Capital financier dominant, il serait tentant de s'y référer.

Mais le mot évoque Hitler, les nazis et les camps de la mort.

Et aussi une  adhésion certaine d'une partie de la population

Ce n'est pas le cas aujourd'hui.

Cependant le fascisme a revêtu diverses formes. Le "national-socialisme" en est une, le "franquisme" une autre. Les régimes de Salazar au Portugal et de Pétain en France présentent  leurs  traits particuliers, compte-tenu de l'époque historique et des circonstances.

Ce qu'on peut affirmer par contre, c'est que notre république verse rapidement dans une forme totalitaire du pouvoir de l'oligarchie (pouvoirs économique, politique et médiatique confondus). 

La menace est immense.

La mise en cause du  Code du Travail et de l'ensemble des acquis sociaux n'est plus le seul danger auquel est confronté notre peuple. Ce sont ses libertés, celles gagnées  à Valmy par les patriotes, celles que les Communards voulaient acquérir, celles retrouvées dans le combat libérateur de la Résistance française, celles acquises, jour après jour, dans les luttes ouvrières et démocratiques, qui sont mises en cause par le pouvoir de la Finance.

La mobilisation populaire doit s'effectuer sur les deux fronts simultanément, le social et le politique.

C'est le gage de la victoire.

J.L.

SOURCE :

 

Commenter cet article