Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Banderole en soutien à Marwan Barghouti, accrochée sur la façade de l'Hôtel de ville de Stains. Crédit photo : Le Blog de Julien Mugerin

Banderole en soutien à Marwan Barghouti, accrochée sur la façade de l'Hôtel de ville de Stains. Crédit photo : Le Blog de Julien Mugerin

Depuis 2009, une banderole en soutien à Marwan Barghouti, surnommé « le Mandela palestinien », est installée sur le fronton de la mairie de Stains (93), sans qu’aucun habitant de cette banlieue située au nord de Paris, voisine de Saint-Denis n'y trouve à redire. « Au contraire, les gens sont plutôt contents de voir que la municipalité affiche son soutien à ce prisonnier politique, injustement incarcéré en Israël depuis 2002 », indique-t-on dans l’entourage du maire. 

 

Depuis, les choses se sont légèrement compliquées pour la ville de Stains et son maire communiste. Suite à la requête du Préfet de Seine-Saint-Denis qui demande à la ville de retirer la banderole, Azzedine Taïbi, l'édile est convoqué à 11h ce lundi 21 mars devant le tribunal administratif de Montreuil.  

Tout a commencé en 2014. Julien Mugerin, chef de l'opposition municipale, décide d’intervenir auprès du préfet de Seine-Saint-Denis pour lui demander la désinstallation de la banderole. « La prise de position de la ville constitue un frein pour le vivre-ensembleà Stains, si fragile dans une ville aussi riche de diversité : en important le conflit israélo-palestinien sur le territoire », se justifie alors l'élu UMP. Ce dernier estime que l’affichage de cette banderole est de nature à alimenter « une montée en puissance de l'antisémitisme et du communautarisme présents à Stains ».

Sans surprise, Julien Mugerin obtient gain de cause le 1er juin 2015. Sur son blog, il indique, ravi, que la sous-préfète de Seine-Saint-Denis a interpellé le maire de Stains, afin de lui « rappeler que le soutien à Monsieur Marwan Barghouti ne correspond à aucun intérêt local et qu’il est susceptible de porter atteinte à l’ordre public ».

La ville de Stains est donc sommée par le préfet d’enlever la banderole. « Parce que nous croyons en la liberté d’expression, nous avons décidé de ne rien lâcher », précise l’entourage du maire. « Nous sommes en désaccord sur le fait qu’afficher fièrement sur le fronton de l'Hôtel de ville les valeurs de paix et du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ne serait pas dans l'intérêt des Stanois, et constituerait donc un trouble à l'ordre public », rappelle la municipalité. « De toute façon, pour certains, toute critique de la politique israélienne s’apparente à de l’antisémitisme. C’est absurde. Quand on critique le gouvernement de Pékin, personne ne traite les gens de « raciste anti-chinois », raille-t-on dans l’entourage du maire. 

Incarcéré depuis 2002, Marwan Barghouti a été condamné  par un tribunal militaire israélien, illégal au regard du droit international, à cinq peines de perpétuité pour son implication présumée dans des meurtres visant des civils israélien. Un “procès jugé non équitable”, comme le souligne un rapport de la commission des droits de l'homme de l'Union interparlementaire (l'organisation mondiale des Parlements des États souverains, NDLR). 

Ce lundi 21 mars à 11H, le maire de Stains se rendra donc devant la tribunal administratif de Montreuil pour défendre la position de la ville. Azzédine Taïbi propose aux Stanoises et Stanois qui le souhaitent de venir témoigner à l'audience. Ils sont invités à prendre contact avec le cabinet du maire sous les 48 heures.

Pour information: le 7 juillet 2015, le tribunal administratif de Montreuil avait annulé la délibération du conseil municipal (un vote à l'unanimité) d'Aubervilliers. Celle-ci avait élevé au rang de citoyen d'honneur de la ville, Marwan Barghouti.

Espérons que cette fois-ci, la justice française prendra en compte les arguments du maire de Stains. A défaut d'avoir le droit d'accrocher une banderole, on a toujours le droit de rêver...

Nadir Dendoun

 

SOURCE:

 

Jean-Claude Lefort

Jean-Claude Lefort

Lettre de soutien de Jean-Claude Lefort, Député honoraire au sujet de la banderole Marwan BARGHOUTI :

 

Cher Azzedine,

 

Pour avoir assisté à Tel Aviv a absolument toutes les audiences où Marwan a été convoqué devant le tribunal israélien, et où il s’est défendu, seul, contestant son rôle et sa légitimité, je peux t’assurer d’une chose : jamais, mais jamais, la moindre preuve à charge concernant Marwan n’a été présentée devant le tribunal.

Jamais. Ce fut, de A à Z, un procès politique contre le résistant.

Comme ici en France des procès ont eu lieu durant la guerre aboutissant, par exemple, à condamner à mort le général de Gaulle.

Marwan est absolument dans le même cas de figure. Lui est bien d’autres dont on ne parle que peu : ils sont actuellement 7.000 dans les prisons israéliennes et 750.000 hommes, femmes et enfants sont allés ou sont en prison dans cet Etat voyou depuis 1967. Un Etat voyou parce qu’un Etat occupant qui défie et foule aux pieds chaque jour le droit international.

Si Israël voulait vraiment avancer sur le chemin de la paix, il libèrerait Marwan Barghouti car c’est un homme de paix estimé en Palestine.

En Afrique du Sud ils ont libéré Nelson Mandela après 27 ans de prison.

Qui oserait dire aujourd’hui que Mandela, pourtant qualifié comme tel par le régime d’apartheid auquel Israël a été lié jusqu’à la fin – jusqu’à ne pas être représenté a ses obsèques - qui oserait dire, je reprends, que Mandela fut un terroriste ? Personne, enfin personne... sauf en Israël....

La ville de Stains n’est pas la seule, justement, à avoir fait Marwan un citoyen d’honneur.

Et elle n’est pas la seule à demander sa libération.

Un homme comme Bernard Kouchner, alors ministre des Affaires étrangères, l’a demandé publiquement après avoir rencontré la femme de Marwan, à Ramallah, notre amie Fadwa.

La vérité c’est que l’honneur est de votre côté et le déshonneur de l’autre. Honte à eux, honte aux collabos de toutes les espèces.

Résistera c’est un honneur et non une faute.

L’inverse est vrai. Vous avez le bon droit et le courage de votre côté. Ils n’ont que haine et refus de l’autre du côté adverse.

Alors c’est la tête haute que le Maire de Stains peut allez devant la barre.

Il accusera ceux qui l’accusent.

Car la vérité est de son côté, du côté de la paix.

Toute ma solidarité,

Jean-Claude Lefort

Député honoraire.

 

Commenter cet article