Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Thierry Lepaon (CGT) et Stéphane Lardy (FO)

Thierry Lepaon (CGT) et Stéphane Lardy (FO)

Dans une période où les deux organisations sont vent debout contre le gouvernement, et demandent inlassablement le retrait de la loi Travail de Myriam El Khomri, voilà des nominations de syndicalistes de la CGT et de FO par les pouvoirs publics à des postes de responsabilité qui vont tomber à pic.

Ancien secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon devrait être nommé dans les prochains jours à la tête du nouvel organisme qui va prendre la suite de l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme. Secrétaire confédéral de FO, Stéphane Lardy devrait être nommé, sans doute au conseil des ministres du 13 avril, à l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Ces deux promotions étaient dans les tuyaux depuis plusieurs mois, bien avant le mouvement de contestation de la loi Travail, mais elles vont intervenir à un moment particulièrement opportun.

Depuis qu'il a été obligé de démissionner, le 7 janvier 2015, de son poste de secrétaire général de la CGT, à la suite d'affaires mettant en cause son train de vie, Thierry Lepaon rêvait de présider aux destinées de l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI). Une "question de civilisation et de citoyenneté", selon sa formule, qui l'a toujours passionné. En 1996, il avait écrit un rapport sur le sujet pour le Conseil économique et social régional de Basse-Normandie.

Il y a un an, en avril 2015, l'affaire paraissait en bonne voie mais elle se heurtait à un obstacle : la présidence de l'ANLCI est une fonction bénévole. Il avait été alors question que Thierry Lepaon retourne au Conseil économique, social et environnemental (CESE) parmi les personnalités qualifiées nommées par le président de la République. Mais son successeur, Philippe Martinez, avait mis son veto à une telle perspective, estimant que "quand on sort par la porte du CESE, on ne revient pas par la fenêtre".

Lepaon, toujours salarié de la CGT

Depuis plusieurs mois, le gouvernement réfléchissait à une nouvelle architecture des structures de lutte contre l'illettrisme. En juillet 2015, un groupe de travail, auquel participait Thierry Lepaon, avait été constitué à cet effet en vue de remettre un rapport au premier ministre. La métamorphose de l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme devrait ainsi aboutir à la création d'un nouvel outil dont l'ancien secrétaire général de la CGT assumera la présidence (rémunérée).

Philippe Martinez, qui ne voulait plus voir la vie de sa centrale empoisonnée par les suites de "l'affaire Lepaon" - même si la chasse aux corbeaux à l'origine des fuites en interne qui ont provoqué la crise est ouverte -, avait fait savoir qu'il souhaitait que cette affaire soit réglée avant l'ouverture du congrès de la CGT, le 18 avril à Marseille. Ce devrait être chose faite. Depuis sa démission, Thierry Lepaon est toujours salarié de la CGT (4 000 euros par mois avec un treizième mois) et réside encore, quand il n'est pas à Cabourg, dans son logement à Vincennes, cet appartement de fonction dans lequel les travaux entrepris avaient déclenché la crise à l'origine de sa chute.

Successeur possible de Mailly

La nomination de Stéphane Lardy comme inspecteur général des affaires sociales est d'une autre nature. Entré en 2007 au bureau confédéral de FO, venant de la fédération de l'agro-alimentaire, il avait en charge le secteur emploi, assurance-chômage, formation professionnelle. Ce réformiste convaincu menait toutes les grandes négociations nationales interprofessionnelles, avec un talent, une compétence technique et une habileté reconnus par ses pairs syndicaux et par ses interlocuteurs patronaux. Il dirigeait ainsi la délégation de FO aux négociations sur la nouvelle convention d'assurance-chômage, où il s'est illustré récemment par son refus de signer la lettre de cadrage sur "les annexes 8 et 10" concernant les intermittents du spectacle.

Stéphane Lardy a, pendant un temps, fait figure de successeur possible de Jean-Claude Mailly lorsque celui-ci quittera ses fonctions de secrétaire général en 2018. Une hypothèse qui était combattue par les trotskistes de FO, toujours très influents, Stéphane Lardy ne cachant ni son réformisme ni son appartenance au Parti socialiste, où il milite dans le XIIIe arrondissement de Paris. C'est aujourd'hui Pascal Pavageau, le numéro deux de la centrale, qui tient la corde pour succéder à Jean-Claude Mailly.

Si elle est annoncée le 13 avril, la nomination de Stéphane Lardy interviendra au moment où se réunira le comité confédéral national de FO,  son "parlement" qui réunit les secrétaires généraux de fédérations et des unions départementales (UD), qui arrêtera probablement le principe d'une nouvelle "grève interprofessionnelle" pour le retrait de la loi Travail.

C'est Michel Beaugas, secrétaire général de l'UD du Calvados, qui vient lui aussi de la fédération de l'agroalimentaire, qui devrait être choisi à cette occasion pour prendre au bureau confédéral la responsabilité de son secteur. En rejoignant l'IGAS, et son corps de 94 inspecteurs généraux, Stéphane Lardy devrait se consacrer aux questions du travail, un domaine qu'il connait particulièrement bien.

En janvier 2013, François Chérèque, qui venait de quitter ses fonctions de secrétaire général de la CFDT, avait été, lui aussi, nommé inspecteur général des affaires sociales, Jean-Marc Ayrault le chargeant ensuite de suivre la mise en œuvre du plan de lutte contre la pauvreté. "Cela ne donne pas une image d'indépendance syndicale", avait commenté sèchement Jean-Claude Mailly. Le secrétaire général de FO s'abstiendra sans doute de rééditer un semblable commentaire.

Le 6 avril 2016

 

SOURCE:

Commenter cet article

Thoraise 08/04/2016 09:43

Positivement dégueulasse! L'IGAS: ce sont les titulaires du grade le plus élevé dans la fonction publique d'Etat (Inspecteurs Généraux) Aux ponts et chaussée ou j'ai bossé un temps, l'inspection générale ne s'atteint qu'en fin de carrière après ingénieur des P&C, ingénieur en chef des P&C, ingénieur général des P&C: bref ils sont à la retraite les mecs quand ils arrivent là, après des postes de commandement prestigieux et compliqués.
Que des syndicalistes bénéficient d'une telle "promotion carpette" (et non "promotion canapé") est à vomir!