Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

photo: el diablo

photo: el diablo

Parmi tous les moyens d'obliger le gouvernement à retirer sa funeste loi (ou à supprimer son article 2, ce qui revient au même), il y en a un qui peut peser lourd : l'intervention auprès des élus socialistes. Il semble bien, en effet, que parmi les députés socialistes qui sont pour la loi (je ne parle donc pas des frondeurs), plusieurs font remonter leur inquiétude à Matignon et à l’Élysée en rapportant des propos virulents de leurs électeurs (qui disent qu'ils ne voteront plus pour eux), et, dans les cas les plus graves, les saccages de leurs permanences parlementaires. Et qui demandent à « récrire l'article 2 » (euphémisme pour le supprimer en sauvant la face du gouvernement).

Cette inquiétude est un levier puissant pour faire fléchir le gouvernement. Il serait donc utile de s'adresser à tous les élus socialistes (pas seulement les députés, également les sénateurs, les maires, les conseillers municipaux, départementaux, régionaux), pour leur dire : « Si le gouvernement s'entête à maintenir cette loi, plus jamais je ne voterai socialiste, ni aux législatives, ni à AUCUN scrutin. Et je le ferai savoir largement autour de moi, et je vous savonnerai la planche ! »

Ce qui peut faire réfléchir les socialistes, c'est une règle sociologique simple : « Quand on est content de quelqu'un ou de quelque chose - un restaurant, une marque de n'importe quel objet - on le dit à bien moins de personnes que quand on en est mécontent ». C'est ainsi que certains magasins, certains modèles disparaissent au bout de quelques mois. Il est plus facile de nuire que de favoriser (hélas, parfois...).

Il faut aussi se souvenir qu'en 2005 si le Non au référendum du TCE a été majoritaire parmi l'électorat socialiste, c'est, notamment à cause de l'action tenace, permanente, intelligente, des adhérents Attac et des lecteurs du Monde diplomatique qui, sociologiquement, étaient les plus proches des électeurs du Parti socialiste. On peut le leur rappeler utilement. On peut aussi leur rappeler utilement que, dans un contexte de forte abstention, il suffit de quelques centaines, parfois même de quelques dizaines de voix, pour faire mordre la poussière à un candidat.

Je vous saurais gré de vos remarques, compléments, rectifications et critiques. Et, si le message vous convient, de bien vouloir le relayer.

Philippe Arnaud

Correspondant de l’association des Amis du Monde diplomatique à Tours

P.S. Je viens d'écouter l'interview de François Fillon au journal télévisé de France 2 de 20 h. Il se déclare solidaire de Valls, et à fond pour l'article 2 de la loi, celui qui abolit de facto le Code du travail. Il veut s'en prendre à la CGT, il veut interdire les Nuits debout. « Hollande-Valls-Fillon » même combat ! Après le soutien de Pierre Gattaz et de Laurence Parisot à la loi, n'est-ce pas suffisant pour s'engager ?

 

Commenter cet article