Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

De l'Autriche à la France... [par Jean Lévy]

Les europhiles se rassurent : leur candidat « triomphe » de son adversaire d'extrême-droite en Autriche, mais à quelques milliers de voix sur quatre millions d'électeurs.

Cependant, qualifier « d'anti-européen » le candidat battu (qui se disait lui-même « européen »), c'est considérer ses électeurs - pratiquement 50% des citoyens - hostile  à Bruxelles...

Il est bien dommage pour le peuple autrichien que le choix, auquel il était appelé à trancher, se soit limité à deux partisans de l'économie de marché...

Une situation que pourraient connaître les Français en 2017. Dans les deux cas - en France comme en  Autriche (et dans de nombreux autres pays) - la responsabilité de ce tragique dilemme est clairement établie : la politique suivie par la social-démocratie et son rôle moteur dans la mise en pratique des directives ultralibérales élaborées par la Commission européenne. Cette politique d'alignement sur les seuls intérêts du capital financier, de pillage du bien public au bénéfice des groupes privés conduit les peuples spoliés et méprisés à donner leur confiance aux mouvements qui semblent s'y opposer, tels le FPÖ en Autriche ou le Front national en France.

Certes les partis socialistes sont accompagnés dans leur démarche politique par les forces traditionnelles de la grande bourgeoisie, qui se présentent en concurrents pour la conquête du pouvoir, tels «  les Républicains » dans notre pays. Ainsi la fausse « gauche » comme la vraie droite sont associées dans l'esprit de la majorité des citoyens comme les 'compères' d'une même politique et condamnés comme tels.

Cependant, il ne faut pas se fier à l'apparence : plus que le vote pour l'extrême-droite, le rejet des forces politiques, dites « de gouvernement », se traduit d'abord par l'abstention massive des électeurs. Les dernières élections législatives partielles qui se sont déroulées en France ces dernières semaines confirment et amplifient le mouvement : les « élus », qu'ils soient du PS ou des Républicains, le sont avec moins de 10% des inscrits !

Ce qui conduit à réviser également l'impact du vote Front national, le pourcentage réel obtenu par ses candidats étant réduit dans les mêmes proportions.

Cette situation est le fruit de l'absence dramatique de forces populaires visibles et crédibles luttant clairement contre l'oligarchie, son cheval de Troie, l'économie de marché au service du capitalisme financier, et sa structure essentielle de domination, l'Union européenne.

Mais cet objectif n'est réaliste qu'en associant à ce juste combat pour le progrès social, une défense prioritaire de la Nation et de la souveraineté populaire. La grande Révolution française est là pour en témoigner : la victoire de Valmy contre l'Europe monarchique coalisée et, dès le lendemain, la proclamation de la République montagnarde ouvrant pour la France et son peuple une voie nouvelle de progrès et de liberté.

Tirons-en la leçon.

 

J.L.

 

SOURCE :

 

Commenter cet article