Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

DÉSERTS MÉDICAUX : le témoignage d'un patient Dieppois

« J’ai accompagné ma femme, chez l’ophtalmo à Dieppe (Seine-Maritime) ; on devait lui faire un fond d’œil ; donc j’ai attendu pendant une bonne demi-heure dans l’accueil, car il faut le temps que les produits fassent de l’effet avant de procéder à l’examen (et ensuite, pas question de conduire, d’où ma présence).

J’ai constaté que plusieurs personnes qui étaient venues physiquement (parfois accompagnées) demander un rendez-vous, se sont fait éconduire, car on ne prend plus de « nouveaux patients », tellement le délai d'attente est long (6 mois).

Dans la même période la secrétaire médicale a répondu de la même manière à plusieurs demandes téléphoniques similaires.

L’âge élevé des ophtalmos (mais c’est le même cas chez les dentistes) fait que des cabinets ferment, et les patients se retrouvent sans solution ; plusieurs ont fermé dans la région dieppoise ou valerycaise ; la secrétaire médicale a renvoyé ces patients vers la clinique Mathilde à Rouen, qui, d’après elle, prendrait encore des patients.

A noter que, parmi les gens que j’ai vu demander un rendez-vous, il y avait un diabétique qui avait absolument besoin d’un fond d’œil !

Comme vous ne le savez peut-être pas, cette situation est l’effet « kiscool » du numérus clausus qui limite drastiquement l’entrée en 2ème année de médecine, qui fait qu’aujourd’hui on produit toujours moins de médecins en France qu’en 1971, alors que la population a augmenté de 10 millions d’habitants en 45 ans. Car en France, on limite la concurrence médicale en agissant à la source. La médecine c'est l'un des derniers endroits où celle-ci ne s'exerce pas; serait-ce pour préserver les revenus de praticiens ?

Pire : entre 1975 et 1990, ce nombre a été réduit progressivement de moitié avant d'être remonté lentement depuis, mais sans atteindre le niveau de 1971; résultat, les médecins formés après 1968 partent aujourd'hui massivement en retraite, alors qu’il ne reste que les classes de plus en plus creuses de médecins. La concurrence s'aiguise ! A l'évidence, la situation va donc s’aggraver lourdement pendant une dizaine d’années, même si la France prélève des toubibs dans des pays qui se saignent pour les former (Roumanie, Algérie, etc.) (Bientôt Cuba?).

Les médias amusent la galerie en prétendant que la cause de cette situation serait la féminisation de la profession, ou la fainéantise des jeunes médecins. Ils font la même chose en stigmatisant les salariés qui s’accrochent aux 35 heures : alors tous des fainéant ?

Personnellement je suis pour que les médecins bénéficient des 35 heures, voire des 32 heures; je ne les considère donc pas pour des fainéants.

J’ajoute que l’obligation d’avoir un « médecin référent » provoque la même situation chez les médecins généralistes, et j’ai connaissance de difficultés similaires dans la médecine générale lors du départ en retraite du « médecin référent »; je crains pour le mien qui doit avoir un âge assez proche du mien.

En réalité, si l’on voulait réellement répondre aux besoins en médecins, il faudrait quasiment doubler le numérus clausus ! Car la question est dans la « production de nouveaux médecins », pas dans leur répartition sur le territoire ! Mais il faudrait ouvrir d’autres facultés, et… ça coûte cher !

Alors, certes les remboursements de la Sécu et des complémentaires santé sont utiles…. Encore faut-il pouvoir trouver un praticien ! Là devient le hic !

On est dans la merde ! Mais juste au début !

PS : mon ophtalmo est une roumaine, au demeurant très efficace et très sympathique. Ma dentiste est une portugaise. On en est là en France où l'on ne produit plus assez de médecins ! Pauvre France ! » 

 

SOURCE: Facebook

Commenter cet article