Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

À propos du « CENTRALISME DÉMOCRATIQUE » à notre époque

Échange entre Gilles Questiaux et Aymeric Monville

Échange sur la réunion de l'ANC du 16 janvier 2016 :

un "néo-menchévisme"?

Bonsoir Aymeric,

J'ai lu ton texte avec attention, et placé un lien sur Réveil Communiste (CLIQUER ICI) 

Je me trompe peut-être , mais je crois que le « marxisme léninisme » n'est que le nom officiel porté par la théorie stalinienne (à entendre de ma part sans nuance péjorative). Il a donc été abandonné bien avant 1976. Cette théorie correspond à une époque passée. Quant au vécu qui s'est exprimé samedi (suivisme, légitimisme, conformisme, caporalisme etc), c'est un vécu commun au PCF de Marchais, au PCF muté, et dans les groupes divers qui se sont constitués pour lutter contre la mutation. Et aussi d'ailleurs chez les groupes gauchistes soi-disant antiautoritaires. Pour ce qui est du centralisme démocratique, qu'il soit ou non à l'origine de ces scories, la question de l'appliquer ne se pose pas sérieusement, dans la situation d'éclatement actuelle : chaque groupe va-t-il essayer d'imposer en son nom sa ligne de congrès à tous les autres?

Je ne crois pas non plus que les militants réunis samedi soient systématiquement « anti-parti ».

Enfin pour ce qui est du rôle de la classe ouvrière, tu auras remarqué qu'il y avait dans cette réunion une bonne représentation de militants syndicaux.

Fraternellement

GQ

********************

Bonsoir Gilles,

Merci pour ton message et pour le relais.

J'essaie de répondre à tes remarques (tu peux publier nos échanges si tu le souhaites) :

1) Le "marxisme-léninisme" est le terme désignant la théorie officielle à l'époque de Staline et dans le PCF jusqu’en 1979 (XXIIIe Congrès, celui qui a aussi abandonné comme par hasard la formule « prolétaires de tous les pays unissez-vous » pour rallier l’ « autogestion ») mais il n'est pas que ça. Et il n'est pas voué à stagner à l'époque où il a été théorisé, d'ailleurs de façon inévitablement inaboutie, j'ai cru bon de le préciser dans mon texte. Son avantage principal tient précisément au trait d’union qui associe l’apport de Lénine à celui de Marx alors qu’aujourd’hui tant de néo-mencheviks veulent un « marxisme » dé-léninisé, sans centralisme démocratique, sans parti d’avant-garde, sans référence à Octobre 17 et à Stalingrad, sans l’affreuse « dictature du prolétariat », etc.

Pour éviter les connotations passéistes et réifiantes, certains s'en sortent par "marxisme et léninisme", mais au risque de donner l'impression qu'ils tirent un trait sur le passé. Or Les Principes du léninisme de Staline comme La Pensée de Lénine de Lukács, pour prendre des exemples très différents, ont contribué à définir, malgré leurs limites et parfois contresens, ce qu'était, est, et peut être le léninisme, que nous devons tous nous approprier de façon critique, constructive et actuelle. C’est décisif pour ceux qui veulent rompre avec la « mutation » qui a plombé TOUT le mouvement ouvrier puisque le cœur de la mutation, outre le ralliement à l’Europe supranationale, c’est de révoquer en doute la « matrice léniniste ».

2) Je n'ai pas proposé d'appliquer le centralisme démocratique au sein des Assises pour lesquelles je me suis tenu à l'union dans les luttes dans le respect de chaque organisation partie prenante. En revanche ceux qui n’attendent pas les calendes grecques pour appliquer le centralisme démocratique dans leur propre organisation ont le droit d’être respectés sans se faire brocarder avec des mots qui rappellent trop la manière dont la bourgeoisie a toujours fustigé la discipline prolétarienne et ceux qui la respectaient, en soutenant ceux qui se glorifiaient de la mépriser.

3) Oui, je ne crois pas non plus que les militants réunis samedi étaient systématiquement "anti-parti". Si j'avais senti une réticence générale de leur part sur cette question, je n'aurais pas pris la peine d'écrire. Mais oui, certains ont bel et bien fait entendre cette petite musique que je juge menchevique.

4) Sur le syndicalisme en général, rien à redire sauf le souci (classique) de le coupler avec une organisation politique structurée pour qu'il ne tourne pas au réformisme et le refus de laisser trop de communistes dénigrer ou combattre ceux qui essaient de reconstituer des liens entre syndicalistes de combat.

5) Libre à qui voudra d’estimer que le caporalisme règne dans certaines structures communistes sous le nom de centralisme démocratique. C’est évidemment aux adhérents de ces structures d’établir les règles de leur choix en se donnant les mandats électifs dont décident leurs adhérents et c’est à ces adhérents de décider collectivement comment ils apprécient la démocratie interne dans leur organisation.

 

Cordial salut,

 

Aymeric Monville

 

LU SUR:

 

Commenter cet article