Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

FSU du Tarn : « La loi travail est un simple décalque des exigences du MEDEF et des recommandations européennes »

La « loi travail », simple décalque des exigences du Medef et des recommandations européennes adressées à la France le 14 juillet 2015, assure la primauté des accords d’entreprise sur les accords de branche et les conventions collectives à propos de questions aussi essentielles que la durée du temps de travail, les rémunérations ou le régime des congés et sonne le glas des protections collectives.

En luttant contre cette loi nous défendons en premier lieu les droits des futurs travailleurs que sont nos élèves ainsi que ceux de nos propres enfants. De plus, il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que l’attaque du droit du travail privé annonce celle du statut des fonctionnaires comme cela s’est passé pour les retraites (d’abord l’attaque des retraites du privé puis de celles du secteur public en prétextant qu’il est un secteur « privilégié »).

Le récent rapport commandé par le gouvernement sur le temps de travail des fonctionnaires comme les déclarations de E. Macron et de M. Valls sur les statuts de la Fonction Publique donnent un avant-goût des projets gouvernementaux en la matière, de même que toutes les « réformes » en cours, à commencer par celles du collège ou des rythmes scolaires, qui développent la transformation managériale et le pilotage local de l’Education.

Face à ces menaces, la mobilisation interprofessionnelle pour le retrait du projet loi "travail" a réussi depuis le 9 mars à s'inscrire dans la durée, appuyée sur l'opposition très majoritaire de la population à la casse du code du travail.

Comme avant elle la mobilisation contre les rythmes scolaires ou la réforme du collège, cette mobilisation bute sur le refus obstiné du pouvoir et son autoritarisme. En particulier, depuis le traitement des Air France puis des Goodyear traités comme des criminels pour avoir osé défendre leurs emplois, l’appareil médiatique et gouvernemental se déchaîne pour stigmatiser et criminaliser l’action syndicale. Les brutalités et provocations policières sont de plus en plus nombreuses et sont visiblement les seules réponses tangibles d'un gouvernement aux ordres de l'oligarchie dominante dont le pouvoir médiatique est l'allié indéfectible. L’abject est dépassé quand des journalistes de cour, invités de toutes les émissions bienpensantes peuvent déclarer : "La France est soumise aujourd’hui à deux menaces qui, pour être différentes, n’en mettent pas moins en péril son intégrité : Daech et la CGT" ( F.O. Giesbert)

Cela résume parfaitement la vision totalitaire des tenants de l’austérité à l’image d’un J.C. Juncker, président de la Commission de Bruxelles déclarant : « il ne peut y avoir de choix démocratiques contre les traités européens ».

Ce mépris des peuples et de la démocratie par ceux qui possèdent et pensent savoir n’est pas pour rien dans la colère populaire qui prend des formes variées, jusqu’aux plus inquiétantes comme on risque de le voir confirmé en 2017.

Mais aujourd’hui, c’est le vent de la révolte qui s’est levé.
Comme le disait récemment un syndicaliste  marseillais : « Nul ne peut arrêter le vent et là je t’assure qu’il souffle trop fort. C’est le vent de la révolte, c’est le vent des humiliations refoulées, c’est le vent contre l’impuissance après les suicides des camarades de Orange ou d’ailleurs, le vent contre les « burn out », la mort au travail et les délocalisations imposées, c’est le vent contre tous les racismes, les divisions, les discriminations, contre les quartiers populaires devenus des ghettos, c’est le vent des colères qui hier étaient rentrées, c’est le vent de celles et ceux qui se sentaient seuls et aujourd’hui se retrouvent unis et des milliers. »

La FSU 81 est solidaire des travailleurs en lutte, elle appelle l’ensemble des personnels de la Fonction Publique à y participer pleinement, en commençant par assurer la réussite de la manifestation nationale du 14 juin, avec sa déclinaison départementale à ALBI 14h30 Place du Vigan et pourquoi pas à travers un versement à une caisse de solidarité avec les grévistes (comme celle de la CGT… ).

 

Albi, le 8 juin2016

 

Commenter cet article