Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Besoin de RENOUER le DIALOGUE social avec le GOUVERNEMENT vraiment ? [Front Syndical de Classe]

La presse vient d'annoncer la diffusion d'un appel au gouvernement (LIRE ICI) à renouer la discussion sur la loi travail : « Loi travail. Des cadres dirigeants lancent un appel pour renouer avec le dialogue social en France »

Cet appel émane de cadres dirigeants d'entreprise, de PDG, de militants syndicaux et politiques divers parmi lesquels on peut discerner d'anciens dirigeants de la CGT, des dirigeants actuels de l'UGICT (organisation spécifique des cadres et techniciens), des économistes du PCF ...

Quel est donc le sens de cet appel dans la bataille que nous vivons contre la loi travail ?

Le premier « constat » sur le plan économique est donc que ça va plutôt mieux au plan économique (« les investissements repartent »).

Cette « embellie » résultant en quelque sorte de « la mise en commun des intelligences et des savoir-faire » , sous-entendu dans les entreprises.

Ce qui rappelle fâcheusement la déclaration de Thierry Lepaon au « Nouvel Economiste » de 2014 : « Il n’existe à la CGT aucune opposition de principe face au patronat. L’entreprise est une communauté composée de dirigeants et de salariés ».

La crise sociale, donc la lutte, les grèves, les blocages mettant en péril cette fragile reprise.

Renvoyant au fond dos-à-dos le gouvernement et le mouvement social, malgré une dénonciation des effets possibles de la logique de la loi travail et ceux du dumping social et du « court-termisme ».

Et à partir de ce constat pour préconiser quoi ? Le retrait de la loi ? L'abandon du 49-3 ?

Dans la mesure où c'est le pouvoir socialiste qui vise à la remise en cause des conquis sociaux séculaires et de haute lutte !

NON !

Ce que l'appel préconise c'est la reprise d'un « dialogue social apaisé »

Comme s'il s'agissait d'une simple affaire de bonne volonté de part et d'autre.

Comme si les mesures prévues dans la loi travail, l'inversion de la hiérarchie des normes, les mesures sur la médecine du travail, le referendum d'entreprise … ne venaient pas de loin !

Comme si ces mesures n'étaient pas dictées par l'Union et la Commission européennes encadrées par des directives qui visent à s'appliquer à tous les peuples européens.

Comme si donc le « dialogue social »n'était pas utilisé depuis de nombreuses années avec la complicité de la CFDT pour couvrir les pires renoncements aux droits et garanties des travailleurs ! (cf. l'ANI, les réformes successives des retraites ...)

Le blocage réside fondamentalement, essentiellement dans la volonté des classes dirigeantes et de l'oligarchie européenne d'infliger de nouvelles régressions au monde du travail !

Laisser croire que dans ces conditions « un dialogue social apaisé » est possible et puisse être porteur de nouvelles avancées pour les travailleurs, c'est au mieux promouvoir des illusions.

Implicitement pour les dirigeants syndicaux de la CGT signataires de cet appel son contenu constitue une critique et un démarquage de l'orientation de lutte de la direction confédérale.

Et implicitement de l'esprit combatif qui a animé les bases militantes engagées dans les grèves reconductibles, les manifestations, les blocages de site ...

La presse ne s'y est d'ailleurs pas trompé qui en diffusant l'appel a titré : « Les cadres CGT prennent leurs distances avec Martinez » !

Il s'agit donc sous un couvert consensuel (avec des forces extérieures au mouvement syndical) d'une offensive contre les orientations prises pour une part au 51ème congrès et dans les luttes concrètes qui ont suivi et qui précisément après plus de 20 ans d'accompagnement réformiste renouent en partie avec les traditions de classe de la grande CGT.

Dans la CGT la lutte entre ceux qui veulent y faire prédominer le « dialogue social » si cher aux dirigeants de la CFDT et de la Confédération européenne des Syndicats et ceux qui savent que seul les luttes et le rapport de forces sont en mesure et d'enrayer les régressions et de donner corps à de nouvelles conquêtes se poursuit donc !

Sous des formes renouvelées.

Comme le prouvent toutes les grandes dates où des millions de femmes et d'hommes se sont mis en mouvement : 1936 et le Front populaire, la Libération, mai 1968, les luttes avec la jeunesse contre le CPE … les conquis vont avec !

Dans les rapports sociaux capitalistes il n'existe pas de « mise en commun des intelligences et des savoir-faire » … au service du bien commun et de l'intérêt général !

Pour la CGT et ses militants il s'agit donc de ne pas se laisser bercer par les illusions réformistes !

A l'inverse pour nous, la mise en cohérence jusqu'au bout d'une orientation de lutte et donc de classe, passe aussi par une attitude résolument critique de l'Union européenne, par le retrait de la CES et par l'inscription plus résolue que jamais de la CGT dans les tâches de la « double besogne » du syndicat conjuguant luttes quotidiennes et luttes pour la transformation radicale de la société !

Le Front Syndical de Classe

Le 4 juillet 2016

 

SOURCE:

 

Commenter cet article