Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Jacques NIKONOFF (source: twitter.com)

Jacques NIKONOFF (source: twitter.com)

Le 23 juillet 2016.

Jacques Nikonoff, candidat à l’élection présidentielle au titre du Rassemblement pour la démondialisation, après avoir appelé les gaullistes à soutenir sa candidature, lance un appel aux communistes à faire de même lors d’une intervention à la Carrière des Fusillés à Châteaubriant (44).

C’est ici, en effet, le 22 octobre 1941, que 27 résistants communistes ont été assassinés par les nazis.

Leur meurtre est la suite du 21 août 1941, jour où Pierre Georges, qui deviendra par la suite le colonel Fabien, avait mené la première opération de lutte armée de la résistance communiste.

Il avait éliminé un officier allemand sur le quai du métro Barbès à Paris.

Les 27 de Châteaubriant ont été fusillés en représailles à l’exécution d’un haut gradé allemand par la résistance communiste à Nantes deux jours auparavant.

Parmi eux figurait Guy Môquet, âgé de 17 ans.

Il y avait aussi Charles Michels, député communiste du 15e arrondissement de Paris.

Il y avait Jean-Pierre Timbaud, secrétaire de la fédération des métaux CGT de la région parisienne.

Il y avait également deux communistes trotskistes.

Il y avait le maire communiste de Concarneau, Pierre Guéguin.

Et il y avait tous les autres.

Tous ont refusé d'avoir les yeux bandés et les mains liées.

Tous sont morts en chantant la Marseillaise.

Communistes et gaullistes, avec d’autres, se sont trouvés unis dans la Résistance et ensuite quelques années au gouvernement après la Libération.

Communistes et gaullistes n’occupent plus la même place dans la vie politique étrange qui est désormais la nôtre.

Mais il faut, aujourd’hui, plus que jamais, qu’ils s’unissent à nouveau, cette fois-ci contre la mondialisation néolibérale, pour la démondialisation.

La mondialisation néolibérale est l’ennemie n° 1 des peuples.

Je m’adresse aux communistes de carte et de cœur.

La mondialisation néolibérale est la nouvelle forme prise par le capitalisme.

Comment les communistes, qui ont toujours lutté contre le capitalisme, pourraient-ils accepter la mondialisation néolibérale ?

La mondialisation néolibérale, c’est la victoire des grands sur les petits, des puissants sur les peuples.

La démondialisation est la réponse adaptée pour faire refluer la mondialisation néolibérale.

Elle est la nouvelle épopée de notre temps pour libérer les peuples de la domination de ce système.

Elle est la forme contemporaine de la lutte des classes entre les mondialisateurs, c’est-à-dire l’hyper-classe, et les démondialisateurs, c’est-à-dire les peuples qui veulent reprendre leur souveraineté.

Les communistes ont la possibilité de tourner la page après des années et des années d’errance politique.

Ils peuvent mettre un terme à leur lente agonie.

Ils peuvent, s’ils le veulent, se rehausser au niveau de l’histoire en marche.

Communistes, vous ne pouvez pas accepter qu’un parti comme le PCF, qui a connu des heures glorieuses, devienne une filiale du Parti socialiste comme c’est le cas aujourd’hui.

Moi aussi j’ai été communiste.

Communiste d’usine et aussi membre de la direction nationale du PCF.

Je l’ai quitté car il était devenu un satellite du Parti socialiste.

Comment pouvez-vous accepter la ligne politique suivie par la direction actuelle du PCF ?

Celle-ci envisageait de soutenir Nicolas Hulot à l’élection présidentielle.

Après la défection de ce dernier, elle prévoit maintenant de soutenir Arnaud Montebourg.

Mais elle n’a pas non plus abandonné l’idée de soutenir Jean-Luc Mélenchon, déjà soutenu par une partie de la direction du PCF.

Pierre Laurent, malgré le souvenir amer des 1,93% réalisés par Marie-George Buffet en 2007, et le fait qu’il soit le symbole de la reddition du PCF face au PS, est aussi sur les rangs.

Aucune de ces combinaisons n’est susceptible de s’inscrire dans une perspective politique de moyen et long terme faisant face efficacement à la mondialisation néolibérale.

Toutes ces formules ne sont que des impasses, elles n’offrent aucun nouvel horizon politique.

Aucun communiste ne peut voter pour Monsieur Montebourg, Monsieur Mélenchon ou Monsieur Laurent.

Je veux ajouter un mot sur Jean-Luc Mélenchon.

Son talent oratoire est grand.

Mais c’est un bonimenteur.

Il brasse du vent.

Ce n’est pas avec des paroles que l’on change la société.

Ne vous laissez pas impressionner par les scores que lui donnent actuellement les sondages.

Ce ne sont que de purs effets conjoncturels.

Alors que le Parti socialiste n’a pas encore désigné son candidat, un certain nombre d’électeurs socialistes veulent donner un avertissement au gouvernement.

Ils utilisent Mélenchon car ils savent que ce dernier, finalement, est inoffensif, malgré ses coups de gueule à répétition.

Il bénéficie aussi d’une très forte couverture médiatique.

Le PCF n’a pas encore désigné son candidat.

Dès que le PS, le PCF et la droite auront désigné leur candidat, le score de Monsieur Mélenchon se dégonflera sans aucun doute.

Le pseudo-programme de Jean-Luc Mélenchon ne contient que des faux-semblants et des ambiguïtés.

À aucun moment il n’affirme que son objectif est de sortir, unilatéralement, de la mondialisation néolibérale, c’est-à-dire de l’ordre néolibéral mondial.

Il dit qu’il veut « sortir des traités européens ».

Mais cela ne veut rien dire !

Jamais il n’a dit clairement qu’il voulait sortir unilatéralement de l’Union européenne et de l’euro car ce système, en éliminant la souveraineté des nations, impose structurellement des politiques exclusivement néolibérales.

C’est-à-dire des politiques favorables aux puissants et défavorables aux peuples.

Les références permanentes de jean-Luc Mélenchon à François Mitterrand devraient alerter les communistes.

N’est-ce pas François Mitterrand, en 1972, qui annonçait vouloir « prendre 3 millions de voix aux communistes » et qui y ai parvenu ?

Monsieur Mélenchon, dans un contexte différent, n’a-t-il pas la même intention ?

N’a-t-il pas lancé une OPA hostile sur le PCF ?

Par ailleurs, sommes-nous vraiment persuadés que Messieurs Mélenchon, Montebourg et éventuellement Laurent iront jusqu’au bout ?

Accepteront-ils de se présenter contre le candidat officiel du Parti socialiste, au risque de l’empêcher d’être présent au second tour ?

Rien n’est moins sûr.

Tous passeront des accords avec le Parti socialiste, dès avant le premier tour, en appelant à voter pour son candidat en échange de petits arrangements.

Et au deuxième tour, ils voteront socialiste comme un seul homme.

Comme en 2012.

Si le candidat du PS, évidemment, parvient au 2e tour.

Jean-Luc Mélenchon est un rabatteur de voix pour le PS.

J’appelle donc les communistes, de carte et de cœur, à soutenir ma candidature à l’élection présidentielle.

Je sollicite les élus communistes pour qu’ils me donnent leur parrainage.

Je ne demande pas aux communistes de carte de quitter leur parti.

Je leur dis : faites une parenthèse à votre activité pour ce parti pendant les élections de 2017.

Suivez le chemin héroïque des communistes de la Résistance et de la Libération, participez à la campagne du Rassemblement pour la démondialisation !

Soutenez au grand jour le seul candidat qui propose d’un programme qui se situe dans la suite de celui du Conseil national de la Résistance, au service des classes dominées, au service du peuple.

Faites comme vos camarades qui font campagne pour Jean-Luc Mélenchon, contre l’avis de leur direction.

Ensemble, démondialisons !

SOURCE:

Commenter cet article