Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Les "élites" selon FRANCE 2 (remarques sur les médias du 29 juillet 2016 par Philippe Arnaud)

Chers tous,

Ce soir, au cours du journal télévisé de 20 h de France 2, un sujet était réservé au golf, dont il était dit qu'il se démocratisait. Je ne veux pas parler ici du golf lui-même, mais d'un terme employé à son propos par Julian Bugier, le présentateur : "un sport qui, on le sait, a longtemps été réservé à une élite". Mais qu'est-ce donc que cette "élite" ?

D'après le Dictionnaire historique "Robert" de la langue française, une "élite" se dit des personnes considérées comme les meilleures dans un groupe, une communauté. Ou de celles qui occupent le premier rang, dans tous les domaines. Par exemple, l'élite des mathématiciens, en France, peut être identifiée comme le groupe des mathématiciens qui ont eu le prix Abel, la médaille Fields, ou qui se trouvent à l'Académie des sciences, au Collège de France, ou qui enseignent dans un grand établissement du supérieur. L'élite des sportifs français, ce sont ceux qui vont concourir aux Jeux olympiques, etc.


1. Il est révélateur que, dans les connotations de ce terme, apparaisse rarement la connotation morale : or, quand on parle de "meilleurs", on s'attendrait à voir mis en avant des sujets ayant de hautes qualités morales : courage, abnégation, désintéressement, honnêteté, modestie, persévérance, etc. Or, lorsqu'on questionne son entourage, il est peu courant que ce sens soit évoqué. D'où cela vient-il ? Peut-être du fait que les qualités morales varient en fonction de la famille idéologique à laquelle on appartient, et que ce qui est vu comme une qualité par certains (par exemple des chrétiens, des athées, des militants de gauche ou de droite) peut être vu comme un défaut par son adversaire idéologique. L'autre raison est que ces qualités sont à la fois courantes et discrètes. Chacun connaît de ces personnes dans son entourage mais on n'en parle pas dans les médias.

2. Il est donc plus courant que le terme "élites" soit réservé à des sujets exerçant des professions intellectuelles, mais, si je puis dire, des professions intellectuelles "mesurables", sanctionnées par des reconnaissances officielles : prix, distinctions, nominations dans des institutions. Le terme élite (même si les intéressés peuvent prétendre à en faire partie) s'applique moins à des écrivains, à des peintres, à des artistes qui peinent parfois à entrer dans ces cadres.

3. En fait, le terme "élites" est moins appréhendé par son caractère intrinsèque (la valeur intellectuelle ou morale, souvent difficile à mesurer), que par un effet purement externe : les élites, ce sont ceux que leurs qualités, leur activité ont placés au sommet de la pyramide sociale, c'est-à-dire, trivialement, les plus riches. Et, surtout, les plus riches qui se reconnaissent entre eux, par un certain nombre de comportements, d'habitudes, comme celle de fréquenter tel grand restaurant, d'être membre du Jockey Club ou... de jouer au golf. Parce qu'on ne saisit pas le lien qu'il peut y avoir entre être professeur de faculté et jouer au golf - même si cela peut arriver - , mais on saisit très bien le lien qu'il existe entre être dans le décile supérieur des revenus (ou, mieux encore, dans les cinq centiles supérieurs) et pratiquer ce sport.

D'où, pour Julian Bugier, l'identification du meilleur ("aristos") au riche (ploutos). Après Jacques Séguéla disant, il y a quelques années, que lorsqu'on n'avait pas de Rolex à 50 ans on avait raté sa vie, après Emmanuel Macron clamant qu'il fallait que les jeunes Français aient envie de devenir milliardaires, n'est-ce pas là une phrase révélatrice de notre société ?

Je vous saurais gré de vos remarques, compléments, précisions et critiques

Bien à vous


Philippe Arnaud

AMD Tours

 

Commenter cet article