Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

photo d'illustration (source: solidaires44.org)

photo d'illustration (source: solidaires44.org)

Le groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding, placé en redressement judiciaire par la justice coréenne, veut vendre le chantier naval de Saint Nazaire -STX France- pour rembourser aux banques une partie de ses dettes et éviter la liquidation. Il fait appel à un spécialiste de la fusion-acquisitionpour gérer l'opération.

STX Offshore and Shipbuilding détient les deux tiers des parts du chantier (l'Etat français possède les parts restantes soit un tiers). STX France, un des rares du groupe à dégager des bénéfices, a un carnet de commandes plein jusqu'en 2026 : 14 paquebots de croisières commandés par l'italo-suisse MSC Croisières, par l'états-unien Royal Caribbean. Ces navires représentent, au total, près de 12 milliards d'euros de commandes et quelque 100 millions d'heures de travail. De quoi susciter l'intérêt des repreneurs mais pas forcément dans le sens d'un développement de l'entreprise.

L'Etat, avec le tiers des parts de STX France, dispose d'une minorité de blocage et a un droit de regard sur le choix d'un nouvel actionnaire. Les négociations entre le gouvernement et d'éventuels repreneurs se passent dans la plus grande opacité pour les travailleurs de STX, mais en lien étroit avec B. Retailleau, Président LR de la Région Pays de la Loire, qui exprime sa satisfaction "Je suis en contact régulier avec le Ministère de l'Economie et des Finances...J'ai beaucoup travaillé sur ce dossier avec le ministre de l'économie... l'Etat a la main et les dernières nouvelles sont rassurantes...". C'est "l'Union Sacrée" entre le PS et Les Républicains pour régler le sort de STX France…

La presse avance le nom de plusieurs repreneurs : groupe chinois Genting Hong Kong qui a déjà racheté quatre chantiers allemands et dont le principal intérêt est le transfert de technologie, le néerlandais Damen et l'italien Fincantieri qui sont des concurrents directs de STX...

Quel que soit l'actionnaire il continuera la politique de casse sociale qui a été mise en place depuis de nombreuses années avec l'aide des gouvernements qui se sont succédés.

Dans l'immédiat, le carnet de commande de STX impose une politique de recrutement bien supérieure à celle proposée par la direction qui a pour objectif de faire sous-traiter par d'autres chantiers européens certains éléments des paquebots commandés. L'entreprise emploie 2600 salariés et les entreprises sous traitantes 40000, nombre insuffisant pour satisfaire les commandes. La direction prévoit 150 embauches et évalue à 500 le nombre de salariés de plus chez les sous-traitants, ces chiffres compensent tout juste les départs en retraite.... La politique de restriction des effectifs, de précarisation des emplois fait qu'en 13 ans le nombre de CDI est passé de 3000 à moins de 900... La CGT revendique dès maintenant la création de 800 CDI et l'augmentation des salaires.

STX repris par une entreprise capitaliste de quelque nationalité qu’elle soit continuera à être gérée dans le seul sens des intérêts des capitalistes, ce ne sera pas une solution pour le développement de l'industrie navale. 90% du commerce mondial se fait par voies maritimes, les besoins sont immenses, les chantiers navals doivent construire des navires de tous types répondant aux besoins du transport maritime des marchandises et des personnes et ouvrant des perspectives sociales et économiques.

Les chantiers navals doivent être entièrement nationalisés, gérés par le peuple, c’est le seul moyen d’instaurer une véritable politique de développement de la filière industrielle navale répondant aux besoins de la société.

 

SOURCE:

 

Commenter cet article