Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

photo d'illustration : Les salariés de Wal-Mart en grève (source:communismeouvrier.wordpress.com)

photo d'illustration : Les salariés de Wal-Mart en grève (source:communismeouvrier.wordpress.com)

Deux mois avant les élections américaines

Les questions politiques auxquelles est confrontée la classe ouvrière

Par Joseph Kishore
10 septembre 2016

Il reste maintenant deux mois jusqu’aux élections présidentielles américaines, mais il n’est pas besoin d’attendre jusqu’au 8 novembre pour prévoir à quoi le peuple américain, et la population du monde, seront confrontés, peu importe qui gagne. Que ce soit la démocrate Hillary Clinton ou le républicain Donald Trump qui occupe la Maison Blanche, le prochain gouvernement sera un gouvernement de guerre, d’austérité économique et de répression violente des droits démocratiques.

Les deux candidats proposés par les principaux partis capitalistes, chacun à leur manière, expriment la profonde crise du capitalisme américain.

Avec la campagne « Forteresse Amérique » de Trump, une section de la classe dirigeante cherche à jeter les bases d’un mouvement autoritaire fascisant s’appuyant sur le nationalisme extrême et le militarisme. Au cours des derniers jours, Trump a appelé à une augmentation massive de 90 milliards de dollars des dépenses de l’armée américaine. Au Forum de mercredi devant des anciens combattants, sur le thème du rôle de « Commandant en chef » du président, il a dit que les États-Unis devraient « prendre le pétrole » du Moyen-Orient, une articulation, dans le langage particulièrement grossier du candidat, de la motivation essentielle de la politique américaine dans la région. Il a également demandé la reprise de l’utilisation officielle de la torture et d’autres politiques criminelles.

Trump appelle à l’élimination de toutes les règles visant les entreprises et à une réduction des impôts pour les riches. Cela est combiné avec un nationalisme démagogique : diffamant les immigrés, exigeant l’érection d’une « grande muraille » à la frontière américano-mexicaine et la création de ce qui équivaut à des camps de concentration pour détenir et expulser les sans-papiers.

L’adversaire de Trump, Clinton, est la candidate du consensus des sections les plus puissantes de l’élite patronale et financière et de l’appareil militaire et des renseignements. Au cours du dernier mois, elle a passé presque tout son temps à récolter l’argent des ultra-riches qui sont sa vraie base sociale, engrangeant 143 millions de dollars en août, un record pour la campagne jusqu’à présent. Elle a centré sa campagne sur l’attraction de républicains éminents, y compris les criminels de guerre du gouvernement Bush, et de généraux haut-gradés de l’armée.

Dans la foulée du forum de mercredi, Clinton a intensifié ses dénonciations de Trump comme un instrument du président russe Vladimir Poutine. « Qu’est-ce que dirait Ronald Reagan sur un candidat républicain qui attaque les généraux américains et accable de louanges le président de la Russie ? » a-t-elle demandé jeudi. Trump, serait, selon elle, « antipatriotique », « effrayant » et un danger pour « la sécurité nationale », c’est-à-dire pour les intérêts géostratégiques de l’impérialisme américain.

Clinton a fait des rodomontades anti-russes le thème central de sa campagne. Dans son discours devant l’American Legion la semaine dernière, elle a menacé de répondre aux cyberattaques et au piratage attribuées sans preuves à la Russie, par une riposte militaire. Un de ses premiers actes en tant que présidente, a-t-elle dit, sera d’ordonner un Passage en revue de la stratégie nucléaire afin de « faire en sorte que l’arsenal de l’Amérique soit prêt à répondre aux menaces futures ».

Malgré tous les dénigrements, les différences entre Clinton et Trump se focalisent sur la meilleure façon de faire avancer les intérêts nationaux et mondiaux de l’élite patronale et financière qui contrôle les États-Unis. Les candidats démocrate et républicain diffèrent sur les moyens, pas sur les objectifs. Bien qu’ils se dénoncent mutuellement, ils partagent un ennemi commun : la classe ouvrière américaine et internationale. Peu importe qui gagne, le nouveau gouvernement va combiner les pires caractéristiques des deux candidats.

En dernière analyse, le moteur primordial des campagnes de Trump et de Clinton est la crise du capitalisme américain et mondial, supervisée par une aristocratie financière parasite et des grandes entreprises consacrées à une politique de guerre et de contre-révolution sociale.

Ici, il est intéressant d’indiquer deux anniversaires importants. Ce dimanche marque les 15 ans depuis les attentats du 11 septembre, 2001. Ces attaques, qui n’ont jamais fait l’objet d’une enquête indépendante sérieuse, ont été utilisées pour justifier une campagne de guerre et de violence en Asie centrale et au Moyen-Orient et une vaste expansion des pouvoirs d’État-policier à l’intérieur.

Dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme », la classe dirigeante américaine, sous Bush et Obama, a intensifié une politique de guerre sans fin qui avait commencé 10 ans plus tôt avec la dissolution de l’Union soviétique en 1991. Les tentatives de la classe dirigeante pour inverser le déclin du capitalisme américain par la force ont échoué, cependant, et les guerres régionales et les conflits par procuration sont en train de se développer en un affrontement direct entre les États-Unis et leurs concurrents les plus importants, y compris la Russie et la Chine.

Jeudi prochain marque le huitième anniversaire de l’effondrement de la banque d’investissement Lehman Brothers, un point culminant du krach de 2008 qui a failli faire s’effondrer l’ensemble du système financier. Au cours de ces huit dernières années, les banques centrales du monde entier, avec à leur tête la Réserve fédérale américaine, ont canalisé des milliards de dollars vers les marchés, alimentant des bulles spéculatives et portant la richesse de l’aristocratie financière à de nouveaux sommets. À l’intervalle, l’économie mondiale stagne, les inégalités sociales atteignent des niveaux records et il y a des signes croissants d’une résurgence de la lutte de classes internationale.

Des masses de personnes aux États-Unis et dans le monde se radicalisent à gauche. Les millions de personnes qui ont voté pour le sénateur du Vermont Bernie Sanders lors des primaires du Parti démocrate parce qu’elles pensaient qu’il était socialiste n’ont pas changé leur point de vue. Malgré l’effondrement pathétique de sa « révolution politique » et son soutien à Clinton, le processus de radicalisation politique de masse continue.

Les élections de 2016 offrent une leçon de choses de la faillite de la politique du « moindre-mal », de la démarche de vouloir trouver une solution dans le cadre du système politique et économique existant.

La tâche fondamentale et pressante est de préparer les luttes qui vont émerger à la suite des élections. Le SEP (Parti de l’égalité socialiste) a lancé la campagne électorale de Jerry White et Niles Niemuth non pour obtenir des voix, mais pour poser les bases d’un mouvement socialiste de masse de la classe ouvrière. Le SEP se bat pour organiser politiquement la majorité de la population, les 90 pour cent d’en bas, qui sont effectivement exclus de la vie politique.

Notre campagne avance les demandes suivantes :

1) S’opposer au militarisme américain ! Arrêter la marche vers la Troisième guerre mondiale !

En solidarité politique avec le Comité international de la Quatrième Internationale, le SEP se bat pour construire un mouvement anti-guerre de masse, sur la base de la classe ouvrière internationale. Les conséquences horribles de la marche des États-Unis vers la guerre, qui menace de déclencher une troisième guerre mondiale avec des armes nucléaires, ne peuvent être évitées que par l’intervention indépendante de la classe ouvrière. Nous insistons pour dire qu’aucune lutte pour le socialisme n’est possible sans une lutte contre la guerre et qu’aucune lutte contre la guerre n’est possible sans une lutte pour le socialisme.

2) Mettre fin à la pauvreté et à l’inégalité !

La même crise qui produit la guerre impérialiste produit également la base objective pour la révolution socialiste, sous la forme d’une opposition sociale croissante et de la lutte des classes. Des millions de personnes aux États-Unis, et des milliards à travers le monde, font face à un avenir de pauvreté, de chômage et de précarité économique. Pour garantir les droits sociaux fondamentaux de la classe ouvrière – à un emploi correctement rémunéré, au logement et à l’éducation, aux soins médicaux et une retraite garantie – la richesse de l’élite patronale et financière doit être expropriée et les forces productives gigantesques qui existent mises aux services des besoins sociaux et non des profits privé.

3) Défendre les droits démocratiques ! Non à l’espionnage du gouvernement et à la violence policière !

La crise de la démocratie bourgeoise est inextricablement liée à la politique de guerre sans fin et de réaction des forces conservatrices. Par la construction d’un appareil d’espionnage domestique et la transformation des forces de police locales dans tout le pays en instruments de violence et de terreur, la classe dirigeante se prépare à des troubles sociaux. La véritable démocratie n’est pas compatible avec le maintien d’un système social consacré aux intérêts d’une infime partie de la population et à l’exploitation brutale de la grande majorité.

Pour atteindre ces objectifs, la classe ouvrière internationale doit être politiquement unie sur ​​la base d’un programme socialiste et révolutionnaire.

Nous lançons un appel à tous nos lecteurs : faites de ce combat le vôtre. Le SEP a posé la base politique pour un mouvement socialiste international, mais vous devez le construire. Soutenez la campagne électorale du SEP et faites un don pour aider à en faire le grand succès possible. Prenez des dispositions pour assister à une réunion électorale, ces dernières étant programmées dans des villes à travers tout le pays.

Ces réunions aboutiront à une conférence spéciale d’une journée à Detroit, Michigan le 5 novembre, pour passer en revue les expériences de l’année écoulée et définir les tâches et la perspective pour la prochaine période. Vous pouvez vous inscrire aujourd’hui à sep2016.com/conference.

Par-dessus tout, nous appelons tous nos lecteurs et sympathisants à prendre la décision de rejoindre le Socialist Equality Party (Parti de l’égalité socialiste) et son mouvement de jeunesse, l’International Youth and Students for Social Equality (IYSSE). Non seulement un mouvement socialiste de masse est nécessaire, mais les bases objectives pour un tel mouvement sont très développées. Ce potentiel ne peut être réalisé, cependant, que par la décision des travailleurs et des jeunes à travers le monde de tirer les conclusions urgentes de leurs expériences et de construire une direction politique.

(Article paru en anglais le 9 septembre 2016)

 

SOURCE:

Commenter cet article