Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Mercredi 7 septembre 2016 – 17h45 - Meeting INTERSYNDICAL de rentrée à NANTES avec Ph.Martinez, J.C.Mailly, Bernadette Groison, Eric Beynel et William Martinet

Meeting de rentrée à Nantes avec Philippe Martinez, Jean-Claude Mailly, Bernadette Groison, Eric Beynel et William Martinet.

La rentrée sociale se fera à Nantes le 7 septembre 2016

Grand meeting public aux Machines de l’Ile

(attention changement de lieu)- 17h45

Les premiers responsables (Philippe Martinez pour la CGT, Jean-Claude Mailly pour Force Ouvrière, Bernadette Groison pour la FSU, Eric Beynel pour Solidaires et William Martinet pour l’UNEF) des 5 principaux syndicats opposés à la loi Travail animeront un meeting commun, au miroir d’eau, devant le château des Ducs de Bretagne. Ils seront accompagnés de représentant-es de Solidaires et de l’UNEF (étudiant.es).

Nantes et le département de Loire Atlantique ont été à la pointe du mouvement d’opposition contre la loi Travail de mars à juillet.

Après une pause estivale, c’est de Nantes que repartira la contestation qui gagnera tout l’hexagone lors de la journée nationale de mobilisation du 15 septembre.

Après l’adoption de la loi cet été, un seul mot d’ordre : abrogation de la loi Travail !

----------

COMMUNIQUÉ COMMUN UD CGT, CGT-FO, SOLIDAIRES, FSU et UNEF

de Loire-Atlantique

Le 20 juillet dernier, le Premier ministre a eu une troisième et ultime fois recours au 49.3 à l’Assemblée nationale pour imposer la loi « Travail », pourtant rejetée par l’écrasante majorité de la population.

Le 49-3 est certes un outil constitutionnel, mais c’est en premier lieu une arme anti-démocratique – un « déni de démocratie », pour reprendre les termes de François Hollande, alors dans l’opposition parlementaire en 2006, lors du mouvement contre le contrat première embauche (CPE).

Promulguée le 8 août dernier, la loi « Travail » menace à terme l’ensemble des garanties collectives encadrant le contrat de travail. Elle marque la disparition du principe de faveur – conquis en 1936 – et l’inversion de la hiérarchie des normes, notamment pour la définition du temps de travail et le taux de majoration des heures supplémentaires. C’est une loi de dumping social.

Ce recul sans précédent donne d’ores et déjà des ailes à Pierre Gattaz, président du MEDEF. Fort de sa collaboration directe avec le gouvernement et la CFDT, ce dernier a en effet profité de l’adoption sans vote de la loi « Travail » pour exiger 90 milliards d’euros supplémentaires d’allègements fiscaux pour les patrons, qui s’ajouteraient aux 40 milliards déjà obtenus dans le cadre du Pacte de responsabilité…

Sans appui dans la population, ni même désormais de majorité parlementaire, le gouvernement est engagé depuis plusieurs mois dans une dérive autoritaire, dont l’utilisation répétée du 49-3 est une illustration.

Pendant les quatre mois de mobilisation contre la loi « Travail », le gouvernement n’a cessé d’accentuer sa pression contre les libertés syndicales – allant jusqu’à interdire dans un premier temps la manifestation parisienne du 23 juin dernier. Il n’a pas hésité à amalgamer scandaleusement manifestants et casseurs, ainsi qu’à rejeter sur les organisations syndicales sa propre responsabilité dans la détérioration du climat social.

C’est donc un message profondément hostile que Myriam El Khomri, ministre du Travail, a envoyé à l’ensemble du mouvement syndical en validant le licenciement d’un délégué syndical CGT d’Air France. Cette décision, publiée par voie de communiqué le jour de la promulgation de la loi « Travail », a été prise contre l’avis même de l’inspection du travail, au mépris de toute règle de forme et de fond.

Dans ce contexte, tout en prenant pleinement la mesure de la gravité de la situation liée aux attentats terroristes qui ont endeuillé la France, les Unions Départementales CGT, CGT-FO, Solidaires, FSU et UNEF de Loire-Atlantique alertent sur les dangers de la banalisation de l’état d’urgence du point de vue des libertés individuelles et collectives.

Restreignant drastiquement le droit de manifester, l’article 3 de la loi du 21 juillet 2016, qui proroge de six mois l’état d’urgence, dispose en effet que « les cortèges, défilés et rassemblements de personnes sur la voie publique peuvent être interdits dès lors que l’autorité administrative justifie ne pas être en mesure d’en assurer la sécurité compte tenu des moyens dont elle dispose ».

Les Unions Départementales CGT, CGT-FO, Solidaires, FSU et UNEF de Loire Atlantique réaffirment qu’elles n’accepteront pas de se laisser museler, en particulier lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts matériels et moraux des salariés.

Les organisations signataires réaffirment leur détermination à combattre la loi « Travail » et à en obtenir l‘abrogation. Elles appellent à participer massivement au grand meeting commun organisé à Nantes le 7 septembre prochain. Elles s’inscrivent par ailleurs dans la préparation de la grève et des manifestations du 15 septembre prochain (modalités à venir).

Promulgation ou pas, on n’en veut pas ! Abrogation de la Loi Travail !

SOURCE: la cgt44.fr

Commenter cet article