Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

source: etatsetempiresdelalune.blogspot.com

source: etatsetempiresdelalune.blogspot.com

Sur la "candidature communiste" qu'espèrent encore quelques camarades du PCF :

Le problème, c'est que si candidature communiste il y avait, Chassaigne par exemple, elle se ferait sur des bases plus droitières que la candidature Mélenchon, et elle consisterait à sauver le soldat PS en échange de quelques retours d'ascenseur et postes d'adjoints. Si Mélenchon dépasse le candidat du PS, il met en crise peut être mortelle cette organisation, qui est je pense l'ennemi principal actuel. S'il est au deuxième tour, il a toutes les chances d'être élu, auquel cas il peut suivre les exemples de Tsipras, ou de Chavez. Sachant qu'il disposerait de davantage de marges de manœuvres que le premier. Bref il représente la seule option crédible pour utiliser cette élection, et la quantité non négligeable de pouvoir qu'elle donne au vainqueur. Sinon, autant ne pas voter. Bien entendu il ne faut pas l'idéaliser, et les groupes qu'il forme autour de sa personne (le PG, puis la "France insoumise") ne sont que des usines à gaz.

Gilles Questiaux

le 27octobre 2017

Une objection:

Cher Gilles, ton raisonnement est très "stratégie électorale". Bien sûr, dans les échanges que j'ai pu lire tu n'es certes pas le seul !

Cependant, je crois que le peuple (c'est à dire la classe ouvrière, les employés, les fonctionnaires catégorie C pour l'essentiel, soit 70 % de la population active) refuse ces raisonnements. Et s'abstient massivement. Pour t'en convaincre, regarde, sur un territoire que tu connais, et dont tu peux évaluer l'origine de classe, les résultats des dernières élections, et tu verras que l'abstention est de l'ordre de 65 à 75 % selon la nature de la consultation. Avant de se lancer dans la bouillie électorale, il faut essayer de comprendre pourquoi cette abstention massive. Il y a une version bourgeoise pour expliquer ces faits (dont la tendance est à la hausse) : le peuple est principalement une bande d'abruti dont il ne faut pas tenir compte. Les résultats électoraux sont sur cette base puisqu'ils ne tiennent pas compte de l'abstention. Par exemple, quand on nous dit que tant de pour cent des ouvriers votent FN, le pourcentage est calculé sur la base des ouvriers votants ! Mais massivement, ils se sont abstenus ! Chez moi (comme ailleurs) certains voient une montée du FN. Mais l'analyse des suffrages par bureau de vote montre que le vote FN est est plutôt stable (avec, il est vrai, une tendance à la hausse), et que c'est l'abstention qui progresse encore plus vite. D'où des pourcentage délirant (excluant l'abstention des comptes) qui crée une erreur de perspective : quel est le phénomène majeur, la montée du FN dans les rangs ouvriers ou la montée de l'abstention.

Si on cherche une explication plus "ligne de masse" (voir "Enquête dans le Hounan" de Mao) on s'aperçoit que les abstentionnistes ne sont pas des abrutis alcooliques, mais des gens raisonnables qui savent que le résultat de l'élection est à peu près sans importance. Le dernier exemple est la politique de François Hollande qui avait été élu contre celle qu'avait menée Nicolas Sarkozy, et qui, dès le début de son mandat a fait la même chose : soutien au capital et haine du peuple. Le peuple sait que l'Europe est mauvaise pour lui, et voit bien que tous les candidats, même les plus futiles, sont européistes. Comment sait-il tout cela, et bien d'autres choses encore ? Parce qu'il en a une expérience pratique quotidienne : la situation se dégrade, les perspectives sont mauvaises, les salaires baissent, le chômage monte, la guerre approche. La question récente sur les migrants est aussi un problème, où on nous appelle à la générosité. Mais le peuple sait que l'immigration n'a jamais été une politique populaire, mais toujours une politique du capital, dans le but de briser les statuts et faire baisser les salaires. On sait que ceux qui nous appellent à la générosité et dont le but est d'attenter aux intérêts populaires, sont ceux-là même qui crée les migrations par leur politique morbide de destruction des peuple du Proche Orient et d'Afrique.

Tu serais peut-être tenté de me répondre que l'abstention n'est pas un programme, c'est un vide. Sans doute. Cependant, si nous sommes capables de reconnaitre que l'abstention est le phénomène majeur du rejet du capitalisme par le peuple, on peut espérer que l'analyse soit massivement admise, et faire corps avec le peuple, et alors proposer un programme devient possible. Le programme est d'ailleurs assez simple : confisquer les entreprises stratégiques du capital (pas nationaliser, mais confisquer), c'est à dire l'agro-alimentaire, la chimie, les transports, la communication, l'énergie, au moins. Mais aussi combattre l'impérialisme dirigé par les USA et passer alliance avec leur victimes, au Proche-Orient, en Afrique, en Amérique Latine (dire que Assad se bat contre le terrorisme organisé par les USA pose t-il un problème ?), et soutenir les pays qui se battent concrètement contre lui, c'est à dire pour l'essentiel, la Russie, l'Iran et la Chine. C'est, selon moi, en affirmant que nous sommes clairement du coté du peuple et en proposant des solutions raisonnables favorables à ses intérêts, qu'on peut espérer construire un avenir meilleur.

Dans ce cadre, débattre pour savoir qui, de Mélenchon ou de je ne sais qui, serait le meilleur candidat pour nous même est un peu dérisoire, et à pour conséquence de ne pouvoir être entendu, c'est à dire de nous couper de la majorité.

Amicalement

DR

Note en réponse : il faut combattre sur les deux fronts, contre l'opportunisme électoraliste, et contre l'isolement doctrinaire. En l'occurrence, je crois qu'il ne faut pas sous estimer le moment électoral de la lutte politique et savoir l'utiliser dialectiquement. Mélenchon en tout cas est certainement plus proche d'une ligne anti-impérialiste que les autres candidats.

SOURCE:

Commenter cet article