Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Marwan Barghouthi

Marwan Barghouthi

Quelque 7000 Palestiniens, hommes, femmes et enfants, sont aujourd’hui détenus dans les prisons israéliennes. Rapporté à la population française, le chiffre atteint près de 100 000. Parmi eux de simples citoyens, des journalistes, des parlementaires et des responsables politiques. Environ 700 sont en détention administrative, sans jugement ni charge et sans savoir quand ils sortiront. 30 prisonniers sont détenus par l’occupant depuis plus de 30 ans et environ 500 sont condamnés à des peines à vie.

Les civils palestiniens sont soumis au régime militaire israélien et ce sont donc des tribunaux d’exception qui les jugent. Dans ces conditions, leur détention dans des prisons sur le territoire israélien constitue une violation flagrante du droit international.

A cela s’ajoutent, des conditions de détention généralement déplorables : mauvais traitements, voire tortures, mises au secret ou privations de soins sont monnaie courante y compris lorsqu’il s’agit d’enfants. De plus, les mesures punitives contre les prisonniers se multiplient, comme les attaques des détenus dans leurs cellules par des unités spéciales.

Face à ces conditions inacceptables qui violent leurs droits élémentaires, les prisonniers luttent en usant de leur seule arme : la grève de la faim.

Pour trouver une solution politique juste à la question de Palestine et mettre un terme à l’occupation, la libération des prisonniers est un préalable impératif. Elle est constitutive d’un cadre de possibles discussions de paix. Dans ce contexte, Marwan Barghouthi, parlementaire et responsable politique, kidnappé en Palestine et détenu en Israël depuis 2002, apparaît comme un symbole fort. Rassembleur, il reçoit la confiance de l’ensemble des mouvements et du peuple palestiniens, pour son exigence d’unité nationale et pour sa détermination à exiger justice pour la Palestine.

Souvent comparé à Mandela à la fois pour sa résistance et son ouverture, il vient d’être nominé au prix Nobel de la Paix. Comme le fut Mandela. S’il n’est certes qu’UN des 7000 prisonniers, il en représente la cause comme il représente celle de la Palestine.

C’est pourquoi, aux côtés des Prix Nobel, des parlementaires, des personnalités diverses, et du comité palestinien ad hoc –appuyé par tous les partis en Palestine- nous soutenons cette nomination.

Marwan Barghouthi prix Nobel, c’est l’injustice infligée à tous les prisonniers qui est reconnue. C’est leur libération qui devient inévitable. C’est un coup porté à la violence de l’occupation. Et c’est surtout reconnaître que la cause du peuple palestinien est une cause juste et universelle

LIBÉRATION DE TOUS
LES PRISONNIERS POLITIQUES PALESTINIENS !

MARWAN BARGHOUTHI, NOBEL DE LA PAIX !

Campagne internationale pour la libération de M. Barghouthi et tous les prisonniers palestiniens- France

Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestinien et Israéliens [CNPJDPI]

Signataires membres du CNPJDPI 

Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – AFD International – AILES Femmes du Maroc – Alternative Libertaire (AL) – Américains contre la guerre (AAW) – Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) – Association des Tunisiens en France (ATF) – Association France Palestine Solidarité (AFPS) – Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) – Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) – Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) – Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) – Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) – Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) – Cedetim / IPAM – Collectif des Musulmans de France (CMF) – Collectif Faty Koumba : Association des Libertés, Droits de l’Homme et non-violence – Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) – Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) – Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) – Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) – Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) – Droit-Solidarité – Ensemble ! – Europe Ecologie les Verts (EELV) – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) – Fédération Syndicale Unitaire (FSU) – Forum Palestine Citoyenneté – Génération Palestine – La Courneuve-Palestine – le Mouvement de la Paix – les Femmes en noir – Ligue des Droits de l’Homme (LDH) – Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) – Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) – Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) – Organisation de Femmes Egalité – Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) – Parti Communiste Français (PCF) – Parti de Gauche (PG) – Parti de l’émancipation du peuple – Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Socialistes pour la Paix – Sortir du colonialisme – Syndicat National des Enseignements de Second degré (SNES/FSU) – Une Autre Voix Juive (UAVJ) – Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) – Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) – Union syndicale Solidaires.

SOURCE:

 

Commenter cet article