Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

SYRIE : Alep et la mystification impériale

Vu les réactions de certaines personnes encore trop accrochées au médias de masse (ceux-ci étant tous détenus par les promoteurs du mondialisme..), et vociférant face aux bombardements russo-syriens à Alep, il me semble important de rappeler quelques réalités... Tout d'abord, il est manifeste que toutes les guerres sont abjectes et immondes mais, ceci étant admis, encore faudrait-il ne pas placer sur le même plan les agresseurs et les agressés... Certes, au milieu de ceux-ci se trouvent, hélas, nombre de civils et ils payent (comme toujours) le prix fort. Reste que, s'agissant d'Alep, si le soucis est réellement de protéger la population, pourquoi ne pas s'en être inquiété avant la contre-attaque de l'armée syrienne ?

Il convient de se souvenir que les barbares de l'EI occupent la ville depuis plusieurs années et, les preuves ne manquant pas, leurs exactions sur le peuple sont légions ! Non seulement les âmes outrées d'aujourd'hui ne se firent pas entendre mais, bien pire, la reprise d'Alep ne semblait pas à l'agenda de cette fumeuse Coalition dont les attaques, étrangement, ne permirent jamais de stopper l'avancée du groupe terroriste ! Que du contraire.

Pour ne prendre que l'exemple de l'Irak, ce pays est tombé en quelques heures : comment dès lors expliquer qu'il faille plusieurs années pour éradiquer un ensemble de personnes moins structurées ? Comment donc se fait-il que l'armada occidentale ne sache pas même freiner la progression de Daesh ?! Soyons sérieux. Si la Russie n'était intervenue dans le conflit, vu la très curieuse incompétence de l'alliance menée par les Etats-Unis, Damas serait ville ouverte (ou ville morte) depuis longtemps. Cet article n'a pas pour objectif de faire l'apologie de Assad (même si personnellement je ne le considère pas comme un dictateur, on sait cependant que le népotisme est une donnée qui fut toujours importante en Syrie), néanmoins on peut remarquer que la réaction du président syrien est logique et s'axe sur une résistance cohérente et judicieuse... Pour l'admettre il n'est besoin que de se mettre à sa place... Quel dirigeant d'une nation souveraine, à moins d'être lâche, soumis ou inféodé à d'autres puissances, laisserait impunie une armée de mercenaires (payés, aidés, soutenus, soignés, par des forces étrangères) qui font le coup de poing, qui oeuvrent à la déstabilisation ou à la fragmentation du pays et qui massacrent la population ? Si cela arrivait dans n'importe quelle patrie, je pense que chaque chef d'état responsable et patriote mettrait tout en oeuvre pour atténuer, juguler ou détruire l'oppression qui encercle et s'active sur son territoire... C'est d'une cohérence totale et implacable ! N'agit-on pas d'ailleurs en ce sens dans les nations européennes, toute proportion gardée, vis-à-vis du terrorisme ? Bien évidemment il n'est pas de reconquête militaire qui ne génère, malheureusement, des martyrs au sein du peuple : c'est inévitable. Je pense que chaque militaire, à moins d'être dépourvu de sentiment, en est conscient et fait le maximum pour éviter des pertes humaines innocentes. Pourtant, la chose est impossible... Surtout si l'un des belligérants, en l'occurence ici celui qui occupe Alep, répond par la négative à l'offre syrienne de couloirs humanitaires. Ce qui, il est vrai, délesterait les bouchers de leur réserve de boucliers humains... La question qui se pose est donc celle-ci : peut-on autoriser des tueurs de masse à poursuivre leurs innommables exactions ? Les chancelleries occidentales, si promptes à faire valoir le droit international (lorsque cela les arrange) ne font jamais mention des abus de l'EI sur une population affamée, dévastée et meurtrie. Tout au plus insiste-t-on sur la supposée barbarie de l'aviation syrienne ou russe qui décimerait au hasard. Je pense que ce deux poids deux mesures demande à être placé devant ses paradoxes et ses mensonges. Prenons quelques exemples de la seconde guerre mondiale pour ce faire... La reprise de l'Europe, dès 1944, ne se fit pas la fleur au fusil : et nombre de cités aux mains des allemands croulèrent sous les bombes ! Le parallèle avec Alep apparaîtra à tous ceux qui ont encore un peu d'intelligence... Mais pourquoi parlerait-on de crimes de guerre d'un côté et pas de l'autre ? D'ailleurs, si on juge sur pièce, on s'apercevra sans peine, au-delà du fait qu'il faille évidemment attaquer les villes qui sont le joug de l'envahisseur, que la barbarie n'est pas là où certains osent encore le penser... La ville du Havre fut rayée de la carte le 5 et 6 septembre 1944 par les forces anglo-américaines ! Avec emploi de bombes au phosphore ! Des milliers de morts et une ville détruite à 80%. Les historiens s'interrogent toujours sur le pourquoi... Ce ne fut même pas pour son port puisqu'il était déjà inutilisable au vu des bombardements antérieurs. Quant aux forces allemandes, elles étaient cantonnées sur les hauteurs et non en centre ville.

 

Le Havre

Le Havre

On pourrait également parler de Brest en 1944 après le passage des bombardiers anglais et US...

Brest

Brest

Et comment oublier Dresde : bombardée par plus de 800 avions le 13 et 14 février 1945... Son importance stratégique était pourtant nulle : et aux 630.000 résidents permanents s’ajoutaient plus de 1 million de civils ! Cela n'empêcha pas 650.000 bombes incendiaires (et au phosphore...) de tomber sur la ville martyre. Dresde brûla pendant 7 jours et la masse d'air chaud créa un véritable ouragan de feu qui, comble de l'horreur, repoussa inéluctablement au sein même de la fournaise ceux qui désirèrent s'enfuir et quitter cet enfer...

 

Dresde

Dresde

On pourrait continuer longtemps et remonter jusqu'à aujourd'hui, mais ce n'est pas la peine... Lorsqu'un Empire, pour diverses raisons (stratégiques, financières, idéologiques) veut faire valoir sa thèse du mépris des Lois Internationales qu'auraient certains pays, il vaut mieux être parfait et intègre... Lorsqu'on a été en guerre 222 années sur 239 d'existence comme les USA, on est vraiment très mal placé pour se faire le chantre de la démocratie ! Dès lors qu'on envahit, au mépris des résolutions onusiennes, nombre de pays, que l'on déstabilise, que l'on massacre sans distinction, comment peut-on encore insister et être crédible sur la question des "droits de l'homme" ? Personne, au niveau mondial, ne fit autant de morts que les USA et ses modernes séides armés (l'OTAN) ! Nul non plus ne poursuit avec autant d'acharnement violent qui confine à la psychopathie des objectifs de colonisation, de provocation, d'accaparement des richesses et de destruction à travers le globe... Voir à ce sujet : https://blogs.mediapart.fr/yapadaxa... Faire valoir ensuite une supposée barbarie des troupes syriennes à Alep est aussi ignoble que fallacieux. C'est faire de l'inversion accusatoire une arme de propagande ! D'autant plus que, d'après ce qu'on nous explique à outrance, l'objectif poursuivi serait pourtant l'éradication des terroristes... Mais comment cela se pourrait-il sans attaquer la ville ? En offrant des fleurs? La Coalition a-t-elle d'ailleurs mis en exergue le "non" de l'EI face à la proposition russe de couloirs humanitaires ? Certainement pas : on préfère diaboliser une armée et son président qui luttent pour reprendre le contrôle de leur pays ! Il semblerait que les bombes russes et syriennes soient plus haïssables que les égorgements multiples (et autres monstruosités) que les djihadistes réalisent depuis des années... Du reste, pour élargir la réflexion, les Etats-Unis se sont-ils jamais inquiétés de la mort de civils alors que leurs bombes déciment et décimèrent nombre d'entre eux ? Certes, les excuses jaillissent souvent, mais cela n'a jamais arrêté les "stratèges" du Pentagone ! D'ailleurs n'est-il pas étonnant que les médias font toujours passer ces épisodes comme des "erreurs" ou des "dommages collatéraux" ? On ne s'étonne même plus de la différence de traitement par rapport aux décès civils occasionnés par les frappes russes... On nous dit que dans quelques temps la Coalition va attaquer Mossoul pour reprendre la ville aux terroristes : qui peut croire un seul instant que cela se fera sans deuil pour les habitants de cette localité ? Aucune ville attaquée par les armes ne s'exonéra jamais de payer un prix élevé parmi sa population ! Cela n'est jamais arrivé dans l'Histoire : et nul n'a encore inventé une arme capable de faire la distinction entre un guerrier et un civil... Dès lors, pourquoi donc serait-ce une barbarie d'un côté et une simple nécessité de l'autre ? Faut-il, en définitive, préciser à nouveau que seule l'armée d'un pays assiégé et violenté, ainsi que ceux à qui il demande de l'aide, sont légitimes pour s'en prendre aux barbares qui cherchent sa perte ? Même le rôle supposément messianique que s'octroient les américains (pendant du messianisme juif) n'est pas une raison suffisante pour élaborer un Droit International personnel qui ne sert, fort logiquement, que leurs seuls intérêts et qui leur fournit, au mépris de la plus élémentaire humanité, l'accréditation "morale" d'agir militairement où bon leur semble... Non seulement personne ne les a jamais invités en Syrie, mais lorsque le président syrien a offert d'associer les efforts en vue de l'éradication de l'EI, les USA lui ont accordé un fin de non recevoir. Pourquoi ? Leurs objectifs et projets seraient-ils donc différents ? A la lueur de tous les événements produits en Syrie depuis plusieurs années, il semblerait en effet qu'il faille répondre par l'affirmative... La diabolisation de la Russie, celle-ci ayant réussi en quelques mois là où piétine la Coalition depuis 3 ans, est d'ailleurs un élément qui laisse supposer que l'agenda impérialiste est d'un autre ordre... De fait, refuser la main tendue des russes dans un combat commun est également le signe le plus manifeste d'une duplicité dont le monde, hélas, peine à se débarrasser. Nos "libérateurs" nord-américains de 1945 sont loin, très loin d'être nos amis et nos alliés ! Tout gravite, au contraire, vers la soumission et l'obéissance des nations européennes (que ce soit au niveau social, politique, militaire, culturel). Bien sûr, une hyper-puissance a logiquement beaucoup de mal à se détacher de prétentions hégémoniques, on peut le comprendre : mais entraîner le monde dans une nouvelle guerre froide (qui tend vers le chaud) n'est pas de bonne augure et mériterait, pour le moins, que les peuples européens s'activent auprès de leurs gouvernements afin de se démarquer des options impériales bellicistes, ainsi que de l'aventure syrienne qui peut dégénérer à tout moment. Certes d'aucuns, afin d'inverser les valeurs, insisteront sur les prétendues aspirations territoriales de la Russie, en prenant l'exemple de la Crimée (tout en s'exonérant de dire que les russes n'ont aucun problème "d'espace vital"), mais à ce propos il convient de comprendre que l'élargissement des frontières correspond, en réalité, à une mesure de protection : les missiles US basés en Ukraine étant une menace TRES conséquente. D'ailleurs, une fois encore, il convient de se demander ce qu'auraient fait les américains en telle circonstance ! Je pense que si on connaît l'histoire de la crise des missiles de Cuba, la réponse sera évidente... Bref, en Syrie il me semble qu'il faille bien différencier les assaillants et les résistants, comprendre qu'il est malheureusement impossible d'éviter des pertes civiles et, enfin, saisir comme il se doit pourquoi un tel dénigrement médiatique s'intensifie sur Assad, Poutine et la Russie en général. Je pense, en outre, qu'il est malaisé de suivre (pour diverses raisons) les prérogatives guerrières d'une organisation (l'OTAN) qui se dit porteuse de valeurs positives et universelles mais qui n'est rien moins qu'une machine à tuer et à générer, où qu'elle passe, rancoeurs, souffrances et désir de vengeance. Mais pourquoi donc s'en étonner puisque c'est là ce que souhaitent depuis longtemps les néo-conservateurs pour qui il n'est qu'une réalité qui vaille : la guerre perpétuelle...

Marc Dupuis

Le 1er octobre 2016

 

SOURCE:

Commenter cet article

nany49 04/10/2016 07:37

trop dure réalité "en pleine figure"

nany49 04/10/2016 07:35

quelle réalité