Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

source : mediapart

source : mediapart

On a vu Merci patron, on a pas aimé, on vous dit pourquoi

Succès cinématographique de l’année 2016 en France, le DVD de « Merci Patron ! » est sorti début octobre 2016. On l’a vu, on a pas aimé, on vous dit pourquoi.

 

Voilà POURQUOI nous n’avons PAS AIMÉ le film « MERCI PATRON » [le point de vue du site « Le seum collectif »]

L’avis du Seum:

Autant le dire directement, on a le seum contre ce film.

« FOLKLORISATION », CONDESCENDANCE, MÉPRIS DE CLASSE

La première chose qui frappe, c’est la condescendance de merde de Ruffin envers les Klur, à qui il parle littéralement comme à des enfants un peu perdus (à Mme Klur : « alors maman, on est contente ? »). Les spectateurs dans la salle (parisienne, précisons-le) n’arrangent pas les choses, chacun se marrant lorsque les Klur évoquent leurs vacances d’un jour à Péronne (trop lol la pauvreté), ou lorsque la caméra fait des gros plans moqueurs sur la tapisserie de prolo ou le chat en moumoute. Ruffin se fout clairement et gratuitement de leur gueule, en les accusant à demi-mots de manquer de gratitude : après  que les Klur ont obtenu le chèque tant espéré via le représentant de LVMH, il s’étonne que le couple n’ait acheté aucun cadeau de remerciement, et arrive chez eux les bras chargés de produits régionaux et pâtés bio hors de prix. « Ah vous vouliez juste lui dire merci ? Sans rien offrir ? Eh ben, vous savez vraiment pas remercier les gens, vous », balance-t-il à des Klur un peu gênés, qui vivent, on le rappelle, avec 400 euros par mois.

LIEN VERS L'INTÉGRALITÉ DE L'ARTICLE CI-DESSOUS: 

Commenter cet article

Genestal Y 12/10/2016 16:57

Stupide et sentencieux. J'ai vu le film. Et pas en DVD. Dans une salle rouennaise juste au début de la bataille sur la Loi Travail. Aucun mépris. Une joyeuse fraternité au contraire, combative, jubilatoire. Ce que je viens de lire laisse supposer que les ouvriers n'ont aucun humour. Mais oui, les ouvriers et les ouvrières ont de l'humour ! Destructeur, impitoyable. Et ils savent aussi rire d'eux-mêmes. Et souvent beaucoup plus que les couches moyennes tristus et moralisatrices. On aimerait que surgissent des centaines de F. Ruffin capables d'une telle réelle solidarité et compréhension de la réalité des luttes syndicales et ouvrières. On s'amuse, on rit dans ce film de la gigantesque farce montée par Ruffin avec la complicité narquoise des Klur. Ce sont les auteurs anonymes (leseumcollectif) de ce sermon critique qui en réalité méprisent la classe ouvrière en déniant à ceux des siens qui font le film la capacité de savoir comprendre l'initiative de Ruffin et de l'accompagner avec entrain dans son entreprise. Mais pour comprendre cela, encore faut-il franchir parfois le périphérique et se plonger dans le combat de classe au côté de cette classe ouvrière tant décriée, admirée, louée ... et dont les sociologues, économistes, historiens de la bourgeoisie prédisaient et rêvaient la disparition. Pour vraiment la respecter il faut se battre à ses côtés, contre la désindustrialisation, contre la loi Travail, contre la mondialisation capitaliste et ses avatars européens. Et frapper ensemble. C'est un peu ce qu'essaie de faire Ruffin et sa bande de Fakir. Et c'est tout à fait honorable. Les 19 et 20 octobre 2016, à Amiens, pour soutenir les Goodyear et les militants syndicaux poursuivis pour leur action contre la loi Travail, on pourra compter ceux qui, vraiment, sont respectueux des combats ouvriers. Je suppose bien sûr que les auteurs de l'article, ardents défenseurs de la dignité ouvrière, étaient à Bobigny lors du procès des syndicalistes d'Air France. Mais j'ai regardé sur le site "leseumcollectif", on n'y parle pas beaucoup de la classe ouvrière et de l'indispensable unité de cette dernière dans le combat de classe. Encore moins de l'acharnement gouvernemental, policier et judiciaire contre les militants syndicaux ... Franchement, je préfère Ruffin et ses pulsions protectionnistes. Yvette Genestal

El Diablo 12/10/2016 23:36

Petite précision = J'ai publié ce point de vue non pas parce que je le partage mais parce qu'il reprend des arguments que j'ai entendu ici ou là de la part de certains militants syndicaux probablement mal inspirés - Que le débat autour de ce film ait pu avoir lieu sur ce blog militant est finalement une bonne chose je pense - El Diablo

morvan 11/10/2016 09:33

LA BARBE !