Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Cinéma Le Balzac (PARIS 8ème)  - Quinzaine du Cinéma Yiddish

En partenariat avec Lobster films que dirige Serge Bromberg, à l'occasion de la sortie du coffret Trésors du cinéma yiddish qui inclut le film Nous continuons produit par l’UJRE, nous vous invitons à découvrir ou à redécouvrir trois films emblématiques du cinéma yiddish, dans une version inédite, admirablement restaurés par Lobster Films. La projection de Mir kumen on sera précédée d'un concert exceptionnel de Talila, celle de Tevye le Laitier d'un mini-récital de Michèle Tauber. La projection du Dibbouk sera suivie d'un débat avec Samuel Blumenfeld, chroniqueur cinéma au journal Le Monde.

 

PAF : 10 euros par séance ou 20 euros les 3 à la caisse

du cinéma Le Balzac

1 rue Balzac 75008 PARIS

 

DIMANCHE 20 NOVEMBRE 2016 (11:30 - 13:30) – Mir Kumen On – Film d'Aleksander Ford (1935). 

Projection précédée d'un concert exceptionnel de TALILA.

Tourné à la demande du Bund, ce film décrit à la fois la modernité des installations de l'établissement Vladimir Medem qui accueille les enfants juifs défavorisés et les difficiles conditions de vie de la classe ouvrière juive. Lieu d’éducation atypique, l'établissement est resté ouvert jusqu’à la déportation du personnel et des enfants à Treblinka en 1942. 

Invisible dans sa version d’origine depuis la guerre, vous pourrez redécouvrir Mir kumen on dans sa beauté originelle, grâce à une prestigieuse coopération internationale entre le MoMA (New York), la Deutsche Stiftung Kinemathek (Cinémathèque de Berlin) et la Filmoteka Narodowa (Cinémathèque de Pologne), grâce au  travail de collecte, de conservation et de restauration de Lobster films. 

LUNDI 28 NOVEMBRE 2016 (20:30 - 23:03) – Der Dibbouk – Film de Michal Waszyński (1937) d’après la pièce de Sholem Anski. 

Filmé à Varsovie avec Lili Liliana dans le rôle de Leah, Leon Liebgold dans celui de Hannan, Avrom Morevski dans celui du rabbin Azrael Ben Hodos, Der dibbouk est noté chez les historiens du cinéma pour le caractère frappant de la scène du mariage de Leah, tournée dans le style de l'expressionnismeallemand. Le film est considéré comme un des plus beaux en langue yiddish.

Présentation et débat avec Samuel Blumenfeld, chroniqueur cinéma au journal Le Monde et auteur d’une biographie sur Michal Waszynski.

DIMANCHE 4 DECEMBRE 2016 (10:30 - 12:30) – Tevye le laitier

10:30 Brunch amical  – 11:00 Mini-récital de Michèle Tauber  –  11:30 Projection du film Tevye le laitier (Tevye der milkhiker) de Maurice Schwartz (1939) d'après l'œuvre de Cholem Aleikhem, immortalisée par la comédie musicale Un violon sur le toit : Laitier dans l'Ukraine russe au début du XXe siècle, Tevye vit avec sa femme Goldie, sa fille veuve Tseytl et ses deux enfants, et sa fille cadette, Khave, célibataire. Celle-ci est courtisée par Fedya, un goy, fils d'un fonctionnaire du gouvernement local. Tevye tente de la prévenir contre un mariage en dehors de sa foi… mais Fedya est persuasif aussi. Que va décider Khave, comment Tevye réagira-t-il ? Et quand le tsar déclenchera un pogrom, les amis de Tevye viendront-ils à sa défense? Est-ce que l'obstiné Tevye peut réconcilier son cœur et sa tradition? « D'autre part... »

Commenter cet article