Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Roumen Radev , Président élu de la Bulgarie (source: www.novinite.com)

Roumen Radev , Président élu de la Bulgarie (source: www.novinite.com)

L’élection présidentielle en Bulgarie vient de consacrer la victoire du général Roumen Radev, celui-ci présenté comme candidat indépendant a été propulsé par le Parti Socialiste Bulgare (PSB). Il a battu à plate couture la candidate de la droite qui dirige actuellement le gouvernement. Cette victoire a entraîné la démission du Premier ministre et ouvert une énième crise politique en Bulgarie depuis que le socialisme a été vaincu et que les forces du capital se sont emparées du pays.

La presse française dont la grille de lecture, pour les anciennes démocraties populaires, s'articule autour de leurs rapports avec la Russie décrit le nouvel élu comme souhaitant un rapprochement avec cette dernière. S'il est vrai que la campagne de Radev a souligné le besoin pour la Bulgarie de cesser une attitude par trop agressive vis-à-vis de la Russie, il a dans le même temps rappelé son attachement à l'Union Européenne et à l'OTAN. Cette affirmation de rétablir des relations positives avec la Russie n'est pas étrangère au fait que la majorité de la population bulgare reste attachée à de telles relations. La russophilie bulgare est profondément liée à l'histoire, celle de l'émergence de la Nation bulgare lors de l'écroulement de l'Empire Ottoman qui a permis la libération du joug turc, celle du passé révolutionnaire de la Bulgarie et le rôle joué par l'URSS dans sa libération d'une dictature pronazie. Comme le souligne le Comité Central du Parti Communiste de Bulgarie : « La lutte antifasciste menée sous le drapeau du Front Patriotique s'est terminée avec l'aide décisive de l'Armée Rouge avec la révolution populaire de septembre 1944 ».

Si les rapports avec la Russie sont une dimension importante de la politique extérieure bulgare, ils ne constituent pas en eux-mêmes une explication de la victoire de Radev. Il faut prendre en compte le mécontentement populaire face à une politique de liquidation des acquis de la révolution. 

 « La tragédie de la Bulgarie, c'est son inclusion dans le système capitaliste… et encore plus désastreux pour la Bulgarie son adhésion dans l'organisation agressive qu'est l'OTAN. Le résultat de cette politique est bien connu : il s'agit d'un coup planifié porté aux intérêts du peuple et une destruction lente de l’État » souligne le Parti Communiste de Bulgarie.

Les effets de cette politique sont terribles pour le peuple. Le chômage pousse la jeunesse à l'exil, tandis qu'une partie importante de la population est passée au-dessous du seuil de pauvreté. L'industrie a été détruite, permettant l'exploitation sans limite d'une main-d’œuvre qualifiée par les monopoles capitalistes dans le domaine du textile par exemple. Une bourgeoisie rapace a vu le jour qui ne se soucie que d'enrichissement immédiat et rapide, bourgeoisie à la remorque de l'Union Européenne et qui sait utiliser la force pour faire régner l'ordre.

Radev et le Parti Socialiste Bulgare, pourtant largement responsables de cette situation ont su naviguer sur ce mécontentement tout en garantissant à leurs maîtres de l'UE qu'ils ne mettraient pas en cause la place de la Bulgarie dans le dispositif militaire de l'OTAN.

 SOURCE:

Commenter cet article