Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Publié par El Diablo

Michaël Dias, fils de Manuel Dias tué au Stade de France le 13 novembre 2015 (capture d'écran Le Figaro)

Michaël Dias, fils de Manuel Dias tué au Stade de France le 13 novembre 2015 (capture d'écran Le Figaro)

Le fils de la victime du Stade de France le 13 novembre 2015 a prononcé le seul discours de commémoration dimanche dernier. Déplorant que les victimes ne puissent s'exprimer librement, il a confié que son texte avait été relu et corrigé par l'Elysée.

Michaël Dias a perdu son père Manuel lors des attentats du 13 novembre 2015 à Saint-Denis, aux abords du Stade de France. Autorisé à lire le seul discours de commémoration prononcé dimanche 13 novembre 2016, il s'est plaint de la place donnée aux victimes et à leurs proches dans un entretien accordé au journal L'Equipe

«On nous donne rarement la parole et elle est contrôlée. On nous empêche de pointer du doigt les responsabilités politiques et, comme à Nice, on tombe dans les discours bien-pensants. Mon discours pour le dévoilement de la plaque commémorative a été, par exemple, relu et corrigé par l’Elysée», s'indigne-t-il.

Michaël Dias s'est également plaint de l'absence de suivi psychologique efficace, évoquant des «aides anecdotiques» ou inappropriées : «On devait appeler un numéro, le psychologue de banlieue nous a dit qu’il n’avait pas le temps et il a fallu se battre pour qu’il voie ma mère quinze minutes», a-t-il déclaré.

D'autres membres de familles des victimes avaient déjà manifesté leur colère contre l'attitude du gouvernement en boycottant l'hommage national qui avait eu lieu quelques jours après les attentats du 13 novembre 2015.

SOURCE DE L'ARTICLE:

AUTRE SOURCE EN LIEN CI-DESSOUS:

Commenter cet article