Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

 Le monde après Trump [par André Bellon]

Autant que les évènements, ce sont les commentaires qui les accompagnent qui effrayent.

Combien de temps encore le rejet de Donald Trump justifiera-t-il qu’on magnifie sans réserve la politique proposée par Hillary Clinton ? Combien de temps encore les inquiétudes envers le Front national serviront-elles de prétexte à la perpétuation de politiques imbéciles et rejetées par les citoyens ? Combien de temps les anathèmes lancés contre le Brexit serviront-ils d’argument à la poursuite d’une construction européenne de plus en plus réprouvée ?

On pourrait multiplier les exemples. On peut aussi remarquer que chaque élection subit le même scénario : nombre d’analystes qui n’avaient rien vu venir expliquent qu’ils avaient en fait prédit l’évènement, avant d’affirmer l’absolu nécessité d’en tirer les conséquences et d’agir différemment. Bien sûr, de façon subliminale, ils veulent se présenter comme détenteurs des solutions qui, in fine, reproduiront la même situation.

En ce qui concerne la construction européenne, par exemple, les analystes officiels concluent à chaque fois qu’il faut « plus d’Europe ». Ce qui conduit à des absurdités de plus en plus insupportables comme celle qu’annonçait un journal du soir après le Brexit : il faudrait donner à la Commission « les moyens d’anticiper les réticences » suscitées par sa propre action. Belle manière d’habiller un refus de changer d’attitude, de persister dans l’erreur. La palme du déni revient à Jacques Attali qui milite pour une Constituante européenne. Déterminé à détruire définitivement les souverainetés des peuples dans les Etats membres, il feint de croire que les citoyens des 28 pays membres pourraient comme par enchantement se sentir subitement un destin commun.

Bien plus, plusieurs des fanatiques de la mondialisation, dont maitre Jacques, en appellent à un gouvernement mondial, comme si le monde n’était qu’une seule circonscription électorale… Cette vieille lune permettrait d’éliminer une fois pour toutes les droits politiques des citoyens.

Rappelons donc encore une fois quelques principes de bon sens. Personne, aussi génial et médiatique soit-il, n’est habilité à parler au nom du peuple s’il n’en a pas reçu le mandat. La Constituante est une assemblée élue par un peuple pour redéfinir les règles de fonctionnement de la vie publique et seul ce peuple a le droit de déléguer ce pouvoir à une instance supérieure.

On peut discuter à perte de vue du concept de mondialisation. Il est avant tout un projet idéologique magnifiant le rôle de la finance et des marchés. Mais qui définit ce rôle ? La réponse n’émane pas d’un Dieu ou d’un aréopage de génies auto-désignés. Elle ne peut émaner en démocratie que des peuples qui décident de gérer ensemble -ou pas- les difficultés auxquelles ils sont confrontés. C’est toute la différence entre le mondialisme, qui efface souveraineté nationale et souveraineté populaire, et l’internationalisme qui organise la coopération de peuples libres et solidaires.

En appeler à l’élection d’une Constituante en France est donc tout simplement rappeler, à la fois, la nécessité démocratique et la souveraineté populaire. D’ailleurs l’une n’est-elle pas la traduction philosophique de l’autre ? Curieusement la question de l’intérêt national vient de surgir du pays où on ne l’attendait pas : les Etats-Unis d’Amérique. Non pas qu’ils ne défendent pas usuellement leurs intérêts. Mais ils le font rarement de façon aussi ostensible en assumant le risque d’un certain isolement. Est-ce l’amorce d’un repli remettant plus ou moins en cause la mondialisation amorcée dans les années 1980 ? Est-ce au contraire une autre façon de la perpétuer ? En toute hypothèse, notre capacité à réaffirmer notre souveraineté et notre démocratie est posée.

C’est aussi pourquoi, dans le cadre de la présidentielle en France, la pétition https://www.change.org/p/citoyennes-et-citoyens-de-france-présidentielle-non-constituante-oui est particulièrement opportune.

André Bellon

Le 12 novembre 2016

 

SOURCE:

Commenter cet article