Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

A propos du vote majoritaire des adhérents du PCF pour un soutien critique à J.L.Mélenchon : Au delà des polémiques...(PRCF)

Le vote majoritaire des adhérents du PCF en faveur du soutien critique à Mélenchon provoque l’irritation compréhensible de certains camarades très respectables qui misaient sur une candidature autonome du PCF.

Nous avions dit, pour notre part, qu’en l’état actuel des choses, identifier une candidature PCF à une authentique candidature communiste revenait à prendre ses désirs pour la réalité : il suffit d’ailleurs, pour s’en convaincre, de lire les déclarations tout à fait convergentes sur le fond de MM. Laurent et Chassaigne, pour constater que tous deux rejettent également l’idée, voire la simple hypothèse, d’un FREXIT progressiste. Mélenchon dit au moins pour sa part : » L’UE, on la change ou on la quitte ». Tous deux reprochent également à Mélenchon de « diviser la gauche » (en clair, d’affronter le PS sur sa gauche) et qu’en un mot, la direction du PCF-PGE toutes tendances confondues (nous ne parlons donc pas ici des opposants minoritaires) développe une critique de droite de JLM parce qu’elle est elle-même objectivement et structurellement euro- et socialo-dépendante.

N’empêche : fondamentalement, si les adhérents du PCF ont préféré la candidature JLM, ce n’est pas parce que le mélenchonisme serait plus ou moins réformiste que le chassaignisme, ni même parce que le vilain PRCF a posé de bien embarrassantes questions à Chassaigne, mais tout bonnement parce que, par delà les manigances internes des uns et des autres dirigeants, ils ont perçu le rapport de forces désastreux pour le peuple, la perspective d’un second tour de cauchemar et le fait patent que la candidature JL Mélenchon est la seule présentement, à pouvoir bousculer le PS sur sa gauche, tout en se réclamant publiquement de l’indépendance nationale.

Qui ne voit qu’à l’heure actuelle, les ennemis principaux du peuple s’appellent Fillon et Le Pen, qu’il n’y a pas trente-six moyens aujourd’hui pour sauver et élargir l’espace politique indispensable aux luttes sociales prochaines et que l’identité communiste ne se construit pas dans l’indifférence au mouvement et au front populaire en reconstruction, mais dans une saine dialectique de la reconstruction du Parti communiste, du mouvement syndical de classe et du Front antifasciste, patriotique et populaire ?

Une dialectique qui doit présentement se frotter, à la fois au « mouvementisme » cher à JL Mélenchon et à la tendance à toujours reporter à plus tard l’indispensable rupture, d’abord politique puis organisationnelle, avec un appareil PCF-PGE qui vient de se montrer plus déboussolé et plus déboussolant que jamais…

Alors que Pierre Laurent vient d’expliquer à Nice-Matin le sens éminemment droitier qu’il voulait donner à son soutien critique à JLM (rabattre vers l’union de la gauche derrière le PS, contrer « l’indépendantisme français » de Mélenchon), l’heure n’est plus à se situer dans le cadre des problématiques piégeuses des hiérarques incurablement euro-réformistes du PCF-PGE.

Elle est à l’intervention communiste en direction des entreprises pour appeler à lutter, sans attendre les élections, à la diffusion aux masses du programme franchement insoumis à l’égard de l’UE que porte le PRCF. Elle est à l’action commune fraternelle et constructive des militants franchement communistes aux côtés des travailleurs et des militants de la France insoumise sans perdre de vue l’objectif de fond : faire renaître avec tous les communistes, membres ou ex-membres du PCF, le véritable Parti Communiste que n’est plus hélas, depuis longtemps, le PCF-PGE.

Georges Gastaud, secrétaire national et porte-parole du PRCF  – Antoine Manessis, responsable national de l’Action unitaire

SOURCE:

Commenter cet article