Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par El Diablo

Alexander Van der Bellen (source:lejdd)

Alexander Van der Bellen (source:lejdd)

« Le Monde » se réjouit de l'échec du candidat du FPÖ. Pour le quotidien, dit de référence, l'extrême-droite a été battue en Autriche. Et de désigner le vainqueur, « un petit réfugié » venu d'ailleurs, le candidat Van der Bellen, qui a vaincu le dragon, présenté comme une résurgence du nazisme. Chacun comprend le sens de l'allégorie : il a fallu que ce soit un miraculeux fils d'étranger qui opère le miracle. En ces temps où l'immigré est la cible de la fachosphère, l'élection autrichienne devient symbolique. Et l'allégresse du « Monde » est telle que le journaliste en rajoute sur l'itinéraire européen de la famille du nouvel élu, afin de « prouver qu'un petit réfugié peut devenir un grand président ». Ainsi le journaliste précise que « les parents de M. Van der Bellen ont fui l'Union soviétique pendant la seconde guerre mondiale ». Cette précision donnée sans commentaire étonne le lecteur averti : fuir l'Armée rouge boutant les hordes nazies n'apparaît pas comme une référence d'antifascisme, surtout que le correspondant du Monde en Autriche insiste et donne des détails sur l'itinéraire suivi par les parents Van der Bellen :

« La famille Van der Bellen, a émigré au XVIIIème siècle des Pays-Bas vers la Russie, d'où elle fut chassée en 1917 en direction de l'Estonie par les bolcheviks, avant de gagner Vienne où Alexander naître en 1944. L'occupation soviétique du secteur obligera encore tout le monde à partir, cette fois pour rejoindre la profondeur rassurante des vallées alpines les plus reculées »

Or, au 31 décembre 1944, l'Autriche faisait encore partie de la « Grande Allemagne » ...

Ainsi les parents Van der Bellen ont fait retraite avec l'armée hitlérienne pour s'installer en Autriche, où règne encore le Führer, et ils décampent à nouveau quand Vienne est libérée par les Soviétiques.  On peut s'étonner que le journaliste semble trouver normal ce périple...Faut-il lui rappeler - et au « Monde » - que c'est grâce à l'Union soviétique que la France a été libérée, car si les 200 divisions allemandes du Front de l'Est avaient pris leurs quartiers en Normandie, le débarquement allié n'aurait pas eu lieu.

Et puis, revenons à l'élection autrichienne, disons que si son vainqueur n'est pas responsable du choix de ses parents, le parrainage de ceux-ci fait tache en matière de référence de lutte contre l'extrême-droite.

Jean Lévy

sur son blog

 

Commenter cet article