Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

capture d'écran

capture d'écran

Il fallait s’y attendre ! Malgré les désastreux chiffres du chômage pour le mois de décembre, plus 26 100 demandeurs d’emploi en un seul mois, le gouvernement continue à prétendre que la courbe du chômage s’est inversée en 2016… La réalité est toute autre .

***

Il ne fallait pas s’attendre à ce que des hommes politiques qui sont capables de gonfler artificiellement les chiffres de participation à la primaire de leur camp soient honnêtes en matière de statistiques du chômage… et même si cela fait plusieurs mois, et même, plusieurs années, qu’ils se font prendre à manipuler les chiffres, cela ne les décourage pas de persévérer dans cette voie de garage.

Vous avez pu lire dans les journaux, et entendre à la radio et à la télévision que le nombre de chômeurs est réellement en baisse, sur l’ensemble de l’année 2016, puisque les chiffres de décembre tombés mardi 24 janvier au soir permettent de boucler une année complète. Pourtant, rien n’est plus faux.
Outre les 26 100 chômeurs supplémentaires dans la catégorie A, qui viennent démentir le leitmotiv gouvernemental “le chômage baisse”, l’année 2016 n’affiche pas : moins 107 400 chômeurs, comme l’affirme le communiqué officiel du ministère du travail et de l’emploi, Myriam El Khomri, mais plus 67 400 chômeurs.

Bien évidemment, la ficelle, usée, utilisée par le gouvernement, consiste à ne parler que des chômeurs de catégorie A, ceux qui n’ont pas du tout de travail. Mais c’est oublier que les catégories B et C, celles des chômeurs, inscrits à Pôle Emploi, mais qui ont un petit boulot à temps partiel, a continué à progresser pendant toute l’année 2016, et il n’y a pas de quoi pavoiser en parlant de “reprise” Désormais, les chômeurs à temps partiel sont plus de 2 millions en France.. Jamais il y avait eu autant de travailleurs, salariés, dans une telle situation de précarité.

Quand vous travaillez moins… ou même plus de 78 heures par mois… et que vous êtes inscrit à Pôle emploi dans les catégories B et C, vous ne pouvez pas vivre ou faire vivre votre famille avec votre petit mi-temps, et vous avez besoin de toucher une allocation complémentaire, c’est le cas de la catégorie B, ou besoin absolument de trouver un autre travail, c’est le cas de la catégorie C, pour tenter de vivre décemment. Si vous ajoutez à ces chômeurs à temps partiel les chômeurs inscrits en catégorie D, en formation, dont le nombre a fait un bond de 25 % l’an dernier. la hausse du chômage est incontestable et révoltante.


Désormais, il y a 6 millions 240 000 chômeurs officiels en France, sans compter tout ceux qui ont renoncé à s’inscrire à Pôle Emploi, solliciter une formation, travaillent à temps partiel sans essayer de chercher mieux. C’est 600 000 chômeurs de plus qu’en mai 2012, quand François Hollande est arrivé au pouvoir.

SOURCE :

CHÔMAGE: le grand mensonge

Chiffres du chômage décembre 2016 : une baisse du chômage incertaine… Une hausse évidente de la précarité

La fragile « baisse du chômage » enregistrée sur la catégorie A (chômage total) est certes une moins mauvaise nouvelle que les précédentes hausses depuis 2012, sous Hollande, ou depuis 2008, sous Sarkozy : elle est cependant très en demi-teinte avec + 0.8% sur un mois, - 0.5% sur trois mois et -3% sur un an.
Il est bien difficile de mesurer la réalité de la baisse au regard du nombre de radiations enregistrées cette année.
Pourtant, dans tous les cas, la progression de 5.5% sur un an des catégories B et C (personnes ayant travaillé plus ou moins de 78 heures) traduit une utilisation accrue des contrats courts et donc de la précarité de l’emploi. Une situation que la CGT ne cesse de dénoncer, en phase avec la revendication exprimée lors des manifestations contre la loi Travail, pour le droit à l’emploi stable !
De même, si on note une légère embellie concernant le chômage des jeunes (-3.2 % sur 3 mois, - 6.2 % sur un an, - 5% depuis 2012), la situation des plus de 50 ans n’a cessé de se dégrader (+ 2.2% sur 3 mois, + 4.9 % sur un an, soit +40% depuis 2012), de même que le chômage de longue durée s’allonge encore et en continu depuis 2009.
Le bond de 24.6 % enregistré dans la catégorie D (personnes en formation) en un an est, bien entendu, le résultat du plan 500 000 formations. Si, comme le montre la dernière étude menée par Pôle Emploi, seulement 17 % des bénéficiaires des formations prescrites par Pôle Emploi obtiennent un emploi de plus de 6 mois, 85 000 personnes quitteront peut-être « durablement » les chiffres du chômage. Par contre, ce sont 415 000 qui reviendront à la case départ. Le besoin de formation est grand. Encore faut-il un plan dans la durée et pas de circonstance électorale, avec des formations contrôlées, réellement qualifiantes et qui débouchent sur de l’emploi.
À cela s’ajoute la baisse importante du montant brut de l’allocation chômage qui dure depuis le 4ème trimestre 2014, pour s’établir à 1159 euros de moyenne, selon les dernières publications de Pôle emploi.
La CGT revendique une stratégie pour l’emploi durable : elle propose un plan pour l’industrie et les services publics, une réduction du temps de travail à 32 heures et la fin des aides aux entreprises sans aucun contrôle, ni évaluation.

La CGT

Montreuil, le 24 janvier 2017

SOURCE :

 

Commenter cet article