Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

La Une de L'ECHO du 3 janvier 2017

La Une de L'ECHO du 3 janvier 2017

pour agrandir le texte, lien ci-dessous:

pour agrandir le texte, lien ci-dessous:

LIMOGES (Haute-Vienne) : le FISC veut-il TUER l'imprimerie Rivet et laisser 80 salariés sur le carreau ?

Une centaine de salariés de l’imprimerie Rivet manifestent contre un redressement fiscal

« Nous ne sommes pas des fraudeurs fiscaux donc nous mènerons la lutte jusqu’au bout », assure Arnaud Raffier, délégué syndical de l’imprimerie Rivet et secrétaire de l’union départemental CGT de la Haute-Vienne. Pas question de payer « les 1,2 Million d’euros de redressement fiscal car nous sommes dans notre bon droit ».

Ce lundi, devant les locaux de l’imprimerie Rivet en zone nord de Limoges, les salariés ont débrayé, soutenus par des syndicalistes CGT d’autres branches professionnelles dont les cheminots. « Harcelés par le Fisc depuis huit ans, [ils ont] manifesté leur crainte face à une liberté d’expression et un pluralisme de la presse attaqués dans cette période de discrimination syndicale », détaille Arnaud Raffier.

Au service des associations, des collectivités, de la lutte sociale et de la CGT

L’entreprise Rivet est particulière car « elle est au service des associations, des collectivités, de la lutte sociale et de la CGT. Elle a été créée pour soutenir le mouvement social. Ici, les actionnaires ne se partagent pas les bénéfices, ils les réinvestissent », rappelle le syndicaliste.

En effet, 80 % du chiffre d’affaires est réalisé pour le compte de la CGT (tracts, bulletins d’information…), Rivet est également l’imprimeur du quotidien L’Echo.

Ce redressement fiscal est une menace pour les 80 salariés de l’imprimerie, les 40 de L’Echo et l’ensemble du réseau de sous-traitants. « C’est dramatique pour les familles touchées mais aussi pour l’économie locale car ces salariés ne placent pas leur argent en Suisse mais le dépensent ici », ironise le syndicaliste.

Feuilleton fiscal

Mais que reproche donc l’administration fiscale à l’imprimerie Rivet pour lui réclamer la somme rondelette de 1,2 Million d’euros ? Rivet presse édition est un imprimeur-routeur. « Le routage est une l’opération qui consiste à indiquer sur une enveloppe ou un film plastique l’adresse du destinataire, de l’abonné, explique Christian Sirieix, le directeur de l’imprimerie. Cette opération s’inscrit dans la continuité de chaîne de fabrication, ce qui en fait un produit unique qui nous permet de lui appliquer une TVA à taux réduit. C’est-ce que conteste l’administration fiscale, qui nous a redressés en appliquant une TVA à taux plein, un redressement majoré de 40 % pour notre mauvaise foi. »

Déjà en 2008, l’entreprise avait été redressée pour le même motif pour un montant de 840.000 €. Bercy lui avait à l’époque donné raison. « Nous avions déposé une requête au tribunal administratif de Limoges en 2012 qui a été rejetée le 31 décembre 2015. En mars 2016, nous avons fait appel auprès du tribunal de Bordeaux. Nous attendons mais le droit fiscal et une directive européenne nous donne raison », conclut Christian Sirieix. Ce mouvement est soutenu par l’UNIC, « syndicat patronal, sorte de MEDEF de l’imprimerie car c’est toute une filière menacée car après nous, c’est tous les autres qu’il faudra contrôler », assure Arnaud Raffier.

Le 13 décembre 2016

Stéphanie Barrat

 

SOURCE :

 

Commenter cet article