Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par El Diablo

«Nous devons étudier aux rayons X l’expérience soviétique»: un entretien avec Camilo Guevara, le fils du Che

UN ENTRETIEN AVEC CAMILO GUEVARA

« Si tous les gens de gauche, oubliant leurs différences, s’unissaient au moins le temps d’une seconde, s’en serait fini du statu quo actuel ».

Le 8 septembre 2016

http://liva.com.ua/guevara-camilo.html

Préambule d’Oleg Yasinski : L’idée de cette interview est née il y a plusieurs années à Kiev. Mon ami, le journaliste Andrei Mantchouk, avec l’aide de l’Institut cubain d’amitié entre les peuples, avait rencontré Camilo lors d’un voyage à Cuba. Camilo lui avait raconté quelques histoires du temps où il faisait ses études en Union soviétique, démontrant d’ailleurs des capacités remarquables dans la maîtrise de l’argot russe. Je pensais que ce serait intéressant de lui poser quelques questions sur la pérestroïka et les raisons de l’effondrement de l’Union soviétique.

A l’époque, nous ne pouvions imaginer un seul instant que le pouvoir en Ukraine serait usurpé par les ultra-nationalistes, qu’il y aurait des morts parmi nos amis et connaissances, que les livres d’Andrei seraient mis à l’index et que lui, ainsi que de nombreux autres citoyens honnêtes feraient l’objet de menaces et de harcèlement.

Entre autres manifestations de leur démence, certains idéologues du nationalisme affirmaient que Che Guevara était un de leurs héros, qu’il admirait aussi l’UPA et avait même acquis chez elle ses tactiques de guérilla. Je l’ai pris comme une insulte personnelle, et ai décidé de contacter le plus vite possible quelqu’un de la famille du Che pour qu’il puisse apporter un démenti.

Quelque temps plus tard, ayant été invité à Cuba par des amis colombiens impliqués dans la lutte pour la paix, j’ai repensé à ce sujet et écrit à Camilo. Enfin, après quelques tasses de café sur son lieu de travail à La Havane au Centre d’études Che Guevara, j’ai pensé que ce serait intéressant de transformer cette conversation en interview et aborder non seulement le sujet de l’Ukraine, mais aussi parler de la situation présente des forces de gauche en Amérique latine et à l’échelle mondiale.

C’est ainsi qu’est née cette conversation, réalisée par e-mail. Assurément, elle sera un témoignage supplémentaire du moment historique complexe que nous vivons aujourd’hui, si éloigné de nos rêves. Je ressens ces paroles non seulement comme des opinions, mais aussi en tant que matériau possible pour la construction de ponts entre les temps et les mondes, fragmentés aujourd’hui par le néolibéralisme.

Ernesto Guevara était le père de mon interlocuteur, et peut-être aussi de toute une génération de gens capables de donner leur vie et leur mort pour la construction d’un monde meilleur, sans rien demander pour soi-même, l’une des rares personnes qui n’ayant pas accumulé dans la vie un grand nombre de succès matériels tangibles, a réussi à illuminer l’humanité d’une clarté qui est restée avec nous pour toujours.

Le grand poète cubain José Martí, dans un article écrit en exil a déclaré que «la patrie c’est l’humanité ». L’opinion de Camilo Guevara nous semble une contribution importante à la construction ou au salut de cette patrie, en effet il faut dire que, outre le fait qu’il est le fils de Che, il est aussi le fils ordinaire d’un peuple si particulier, le peuple Cubain. Ordinaire, parce que nombreux sont sur l’île ceux qui continuent le chemin dans la même direction et c’est peut-être la seule chose qui importe vraiment.

– Camilo, tu as vécu et étudié en URSS. Quels moments ou quelles histoires de cette période t’ont le plus marqué ?

– Ma première rencontre avec Moscou a été tout à fait particulière, je m’en souviens toujours clairement, malgré le fait que ma mémoire ne soit pas très bonne. En outre, c’était mon premier voyage à l’étranger, je me trouvais dans un état quelque peu euphorique, même si, du moins je l’espère, cela ne se remarquait pas.

Tout ce que je savais alors à propos de l’Union soviétique provenait des histoires qu’on m’avait racontées, d’informations trouvées dans les journaux, plus une bonne dose de littérature soviétique et pré-soviétique, principalement russe, et toutes sortes de documentaires et de longs métrages. Et aussi, quand j’étudiais à « Camilito » (école militaire cubaine que l’on appelle familièrement du nom de Camilo Cienfuegos, où sont formés les futurs officiers, NDT) nous avions des professeurs de russe.

C’était comme une sorte de reflet de quelque chose d’important, quelque chose de sublime. Je n’avais jamais été en Russie et me faisais une image quelque peu exagérée et édulcorée de ce grand pays.

Je suis arrivé à Moscou en septembre 1981, quand j’avais à peine dix-neuf ans. Tu sais ce que c’est que cet âge. J’étais assailli de toutes sortes de rêves. Certains tout à fait terre-à-terre, d’autres plus élevés. Ce soir-là était frais, presque froid, et à respirer l’air de Moscou j’éprouvais un sentiment très étrange. Je m’imaginais plus ou moins la façon dont les choses fonctionnaient ici, tout ce que l’on peut voir et toucher, mais je voulais goûter les odeurs, respirer l’air, sentir le changement des saisons.

L’arrivée de notre groupe n’a pas été quelque chose de particulièrement exceptionnel. Au contraire, personne n’a remarqué notre arrivée, il n’y a pas eu de rassemblements festifs ou discours de bienvenue. Néanmoins, comme je l’ai dit, ce fut un moment très spécial dans ma vie.

Puis il y a eu beaucoup d’épisodes heureux, dont le souvenir me fait chaud au cœur. Une expérience de vie qui vous marque à jamais. Beaucoup de ce sans quoi aujourd’hui je serais probablement une personne complètement différente.

Je ressens une très grande proximité par rapport à ce peuple, si hospitalier, si solidaire et amical pour les Cubains. Son histoire, sa littérature, son art me sont chers. Ses défaites et ses victoires, je les vis comme les miennes. J’ai appris à les aimer comme une partie de moi (…)

 

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :

 

Commenter cet article