Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par El Diablo

VAGUE DE FROID : Pour répondre aux BESOINS ÉNERGÉTIQUES du PAYS, le PÔLE PUBLIC de L'ÉNERGIE [CGT]

Une vague de froid est annoncée pour la semaine prochaine. Cette situation qui n'a rien d'exceptionnel et qui se reproduira dans le futur, dans un contexte de dérèglement climatique, met en évidence la fragilisation du secteur énergétique. A l'instar du système hospitalier, nous ne pouvons avoir la certitude que le secteur énergétique saura encaisser des variations de température ou des aléas climatiques et fournir aux usagers, aux industriels un produit vital pour la Nation qu'est l'énergie.

La spéculation sur le marché européen de l'énergie met en danger notre capacité à assurer l’équilibre production/consommation à chaque instant.

Depuis de nombreuses années la FNME-CGT et ses militants alertent sur les conséquences dramatiques dans lesquelles risquent de nous conduire les politiques de dérèglementation pilotées par Bruxelles et avalisées par les gouvernements successifs et les dirigeants d'entreprise. A force de ne raisonner que par le prisme du marché et pour les rentabilités financières amenées par ce grand Monopoly de l'énergie, nous sommes tous simplement en train de perdre la main sur ce secteur stratégique.

Pourtant, la fuite en avant continue : paquet énergie climat européen, vente de capital d'Engie, cessions de RTE, fragilisation d'EDF, affaiblissement d'Areva....le secteur est mal en point.

La FNME-CGT avait lancé un appel à l’ensemble des salariés du secteur à se mobiliser pour défendre leurs entreprises, leur salaire différé et leur salaire direct. Cette situation critique ne peut être imputée, qu’aux décideurs gouvernementaux et patronaux qui continuent, même au bord de la rupture de l’équilibre, à spéculer sur les gains financiers potentiellement réalisables. Gains qui ne profitent pas aux salariés.

La FNME-CGT rappelle que les problèmes d’alimentation électrique mis en évidence dans la période sont le fruit des politiques passées en matière d’énergie pour lesquelles nous n'avons eu de cesse d'alerter. La fermeture anticipée de moyens de production servant à passer les pointes, le recours massif à l’importation, l’abandon d’une logique de gestion des réseaux pour une gestion des risques, la perte de vue du service public pour un bien vital… nous amènent aujourd’hui là où nous en sommes ! D'ailleurs aujourd'hui, un an après la COP21, les recours à la production à base de charbon et fuel est revenue au niveau de 1994 !

Les agents grévistes ne se laisseront pas prendre en otage par une situation qu'ils avaient anticipée et pour laquelle ils avaient émis des alertes. On ne peut pas d'un côté en appeler à leur sens des responsabilités, qu'ils ont toujours su montrer dans le passé, et d'un autre côté continuer la fuite en avant organisée par Bruxelles et adoubée par les gouvernements et les dirigeants d'entreprise.

La FNME-CGT connait le professionnalisme et l’attachement à leur mission de l’ensemble des agents de Industries Électriques et Gazières. Elle sait que, même grévistes, ils sauront être responsables et mettront tout en œuvre pour assumer leur mission de service public.

La crise c’est eux ! La solution c’est nous ! Débattons de la mise en place d'un pôle public de l'énergie.

Le 13 janvier 2017

 

SOURCE :

Commenter cet article