Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Publié par El Diablo

 Benoît HAMON a t-il une stratégie inavouable : AFFAIBLIR MÉLENCHON et faire VOTER MACRON ?

Par Charlie Vandekerkhove

Les socialistes dépités par la campagne de Benoît Hamon

Benoît Hamon en campagne pour la présidentielle, cela passe par des déplacements de nuit, à la rencontre des employés du métro parisien, des maraîchers d'Alfortville qui préparent leurs stands au petit matin, mais aussi d'un électorat rural, jeune ou moins jeune, comme à Guéret dans la Creuse, ou dans une ferme bio de Seine-et-Marne. Des choix atypiques, parfois en décalage avec l'actualité, mais qui marquent la volonté du candidat de privilégier le terrain et les valeurs charnières de la gauche, comme le travail, et son envie de rencontrer les Français "invisibles", tentés par l'abstentionnisme.

Mais des choix qui donnent aussi l'image d'une campagne à la marge. Ce qui n'est pas du goût de tout le monde dans le camp socialiste. La grogne s'est fait entendre mardi lors de la réunion du groupe socialiste, et continue de résonner ce jeudi dans les colonnes de la presse.

"Il n'a pas dû réaliser qu'il est en campagne". "A force de jouer le décalage, on finit par sortir du jeu". "L'organisation tarde trop". "On dirait que depuis le soir du second tour, il n'a pas arrêté de boire des bières avec ses potes et de se dire 'p..., on a gagné la primaire !'"

Un frondeur face à la fronde

Autant d'avertissements, plus ou moins fleuris, confiés par des proches au Parisien dans son édition du jour. Des membres du gouvernement, d'anciens soutiens de Manuel Valls ou des socialistes tentés par le phénomène Emmanuel Macron. A l'image de Jean-Louis Gagnaire, le député PS de la Loire, qui confiait déjà ses doutes mardi, à l'issue de la réunion.

"Dur, dur de défendre le programme et la stratégie de Hamon ce matin» ; "les soutiens de Hamon commencent à comprendre ce qu'est la vraie Fronde au sein du groupe socialiste à l'Assemblée", écrivait-il sur son compte Twitter.

Un exemple parmi d'autres de ce qui attise le mécontentement : en pleine affaire Théo, alors que l'actualité du week-end avait été marquée par des violences, beaucoup n'ont pas compris que Benoît Hamon se rende en Seine-et-Marne pour visiter une ferme bio. Dans la matinée, lundi, l'équipe du candidat a diffusé un communiqué dans lequel il condamnait les violences et refusait "l'instrumentalisation de l'affaire par Marine Le Pen". Un moyen sans doute de faire acte de présence, et une façon, peut-être, de faire passer un message plus général à l'adresse de son camp.

Quel résultat sur le terrain ?

Outre cette grogne interne, le risque pour le candidat pourrait aussi être de ne pas se faire suffisamment connaître. Dans la Creuse, un syndicaliste l'a accueilli sans ironie aucune par un "Bonjour, Monsieur Macron", comme le rapporte Le Monde. Sur le marché d'Alfortville, un vendeur de légumes confiait à BFMTV que Benoît Hamon "est sorti de nulle part", même si cela sonnait chez lui comme un compliment, puisqu'il déclarait adorer les gens dont on "ne parle pas à la télé".

Ce choix pourrait donc aussi être bénéfique à Benoît Hamon en terme de popularité. Le baromètre politique Odoxa publié mardi pour le mois de février le donne d'ailleurs comme le candidat du trio de tête à la présidentielle qui enregistre un bon de 10 points depuis sa victoire.

Calendrier serré

En interne, l'équipe du candidat ne montre pas de signes d'inquiétude. Dans les colonnes du Monde, Jérôme Guedj, l'un de ses porte-parole, relativisait mercredi les difficultés de cette campagne en invoquant le calendrier.

"Tout se met en place sur les chapeaux de roue. Soixante-dix jours pour faire campagne, contre près du double en 2012, ce n’est pas le plus confortable, mais il faut faire avec", concédait-il.

Le candidat entend poursuivre sur cette lancée, avec plusieurs déplacements par semaine sur le terrain, et certains à l'étranger, pour ne pas négliger l'importance de se tailler une stature internationale. Vendredi et samedi, le député des Yvelines se rendra au Portugal, à la rencontre de syndicats et des partis de gauche, avant un entretien avec le Premier ministre, Antonio Costa. Il devrait aussi se rendre prochainement en Allemagne, pour rencontrer Martin Schulz, le candidat du SPD à la chancellerie.

A ceux qui lui reprochent de ne pas assez "faire président", Benoît Hamon a adressé un message, lors de son déplacement à Guéret.

"Victor Hugo disait que quand un lion imitait un lion, c’était un singe. Moi, je n’ai pas envie de participer à un concours de grimaces".

SOURCE:

Commenter cet article

joel francois 18/02/2017 11:13

en 2012, JLM a soutenu Hollande sans contre partie, sans exigence (à ne pas oublier ça), depuis 5 ans on assiste à une trahison jamais vu en politique de gauche (on arrive même à se poser la question de savoir si le PS est encore de gauche) de toute manière la scission de ce PS est inévitable, depuis la primaire de la ''belle alliance'' Hamon n'arrive pas à rassembler la senestre de ce parti en couille!!
La presse devant le danger de cette éventualité monte au créneau et décoche ses flèches en parlant d'ego sans analyse des enjeux, cherchant à casser cette ''union''!!
Hamon veut sauver la chèvre gauchère et le chou droitier, il est perdu et le rassemblement impossible il doit faire un choix cornélien pour son parti alors seulement la discussion peut être envisagée