Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

“ Le RÉVEIL des COMBATTANTS ” : le mensuel de l’ARAC s’adresse à tous : ABONNEZ-VOUS !

« LE RÉVEIL DES COMBATTANTS »

UN JEUNE JOURNAL DE 86 ANS

C’est en janvier 1931 que parut le premier numéro de notre « Réveil ». Quatre-vingt-six ans se sont écoulés et notre journal est toujours là, plus vivant que jamais.

Il convient de rappeler les raisons et les conditions de la parution du « Réveil ».

Il existait auparavant un organe de l’A.R.A.C. dont le titre « Le feu » avait été inspiré par l’inoubliable chef d’œuvre de notre président fondateur Barbusse. Il paraissait sur petit format et ne correspondait plus aux besoins de notre action et à l’influence de l’Association.

Le XIIème Congrès National qui se tient à Paris en octobre 1930 prit la décision d’éditer un journal grand format et fixa le titre que nous avons encore.

Dans le premier numéro de janvier 1931, Henri Barbusse écrivait :
« ce n’est pas un nouveau journal qu’on vous présente, camarades. C’est un effort mieux organisé qu’on vous demande. Nous avons changé le titre de notre journal qui prêtait à double sens, flatteur pour moi, mais fâcheux pour la vente. Mais nous n’avons pas voulu seulement changer le titre, nous avons voulu lui ajouter un esprit combatif accru, basé sur une plus nette conscience de nos obligations ».

Au cours des années qui suivirent, le « Réveil » participa à toutes les campagnes contre la course aux armements qui ruinait notre pays, contre le fascisme qui prétendait s’imposer en France.

Contre l’hitlérisme qui brisait le peuple allemand et constituait un danger plus grand de guerre, contre les décrets-lois spoliateurs des anciens combattants et victimes de guerre, contre la non-intervention à sens unique en Espagne, qui livrait le peuple espagnol à Franco et à ses maîtres Mussolini et Hitler.

Cette action persévérante de notre journal nous valut de grands succès. Alors que nous comptions que 10.000 lecteurs dont un millier d’abonnés en 1931, le tirage du « Réveil » atteignait 85.000 exemplaires en 1939. Elle nous valut aussi les foudres du pouvoir qui devait entraîner la France dans la débâcle en 1940. En même temps que l’Association était dissoute en septembre 1939, le « Réveil » fut interdit.

Au cours de la période de l’occupation, de nombreux militants de l’association furent emprisonnés, déportés, internés. Beaucoup d’entre eux ne revinrent pas des camps de la mort, d’autres furent fusillés par les nazis, nos rangs se trouvèrent douloureusement clairsemés lorsque vint la Libération.

L’autorisation de faire reparaître le « Réveil » ne nous fut accordée qu’en 1946, malgré les sacrifices de nos regrettés camarades, et depuis notre journal poursuit son combat.

D’importantes améliorations furent apportées tant sur le plan rédactionnel que sur la présentation : de nouvelles rubriques ont été créées ; il est devenu un grand journal, instructif, combatif et attrayant ; des campagnes pour la défense des droits, notamment par la dénonciation des injustices commises à l’encontre les grands invalides. Sans exagération, nous pouvons dire que le « Réveil » est, un des meilleurs parmi les journaux de la presse combattante.

Nous avons conscience que notre journal constitue une arme précieuse pour notre association l’ARAC.

L’ARAC et son journal porteurs d’un siècle de combat et d’espoir.

 

TOUTES LES INFORMATIONS EN LIEN CI-DESSOUS:

Commenter cet article

Gilka GEORGES 25/02/2017 13:19

J'ai cherché que ce voulait dire "ARAC" ... pas toujours facile de comprendre les sigles !!!

El Diablo 25/02/2017 22:44

Association républicaine des anciens combattants (ARAC) est une association d'anciens combattants créée en 1917