Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

photo vue sur rfi.fr

photo vue sur rfi.fr

Le film électoral qui sort sur nos écrans
par Jean Lévy

Dimanche 5 février 2017, 18.000 personnes assistaient à Lyon et à Paris aux rassemblements organisés par Mélenchon, 60.000 autres visionnaient celui-ci sur les réseaux sociaux, contre 5000 présents au meeting de Marine Le Pen.

Et c'est la candidate du FN qui fait la Une ce matin !

Jean Lévy

RTL

D'abord, retour en arrière sur un week-end de meeting. Macron, Hamon, Mélenchon, Le Pen. Et c'est la candidate du FN qui fait la une ce matin. La une de La Croix, la une de Libération, la une du Monde de cet après-midi. Pourquoi s'attarder plus sur elle que sur les autres ?

Explication de Didier Rose dans les Dernières Nouvelles d'Alsace :

"Parce que." L'hologramme utilisé par Mélenchon est apparu pauvre en regard du moyen utilisé par Marine Le Pen : elle, c'est dans les esprits qu'elle a projeté l'image d'une France "en dilution". "Une Marine de guerre", dit l'éditorialiste.
Hier, "dans le discours de Marine on a retrouvé, écrit Libération, tous les fondamentaux de l'extrême droite". "Du changement sur la forme, pas sur le front", titre Libé. "Le FN change la forme, pas le fond", titre La Croix. "Son programme reste fidèle à l'ADN frontiste, tout comme les militants présents", écrit Libé. "On est chez nous", scandait régulièrement le public. Un public qui a ovationné le comédien Franck de Lapersonne venu dire sur scène : "Victor Hugo n'a pas appris l'arabe à l'école et moi, ça me fait plaisir de le savoir". "Une question prend soudainement le dessus", écrit Cécile Cornudet dans Les Échos : "Marine Le Pen peut-elle gagner ? Et surtout, qui est susceptible de la battre ?"

Cette présentation déformée de l'actualité politique répond à la stratégie de l'oligarchie. Celle-ci s'exprime à travers ses médias : l'objectif est un second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, son candidat. Déjà, François Fillon est, de fait, éliminé pour un place au podium, les scandales révélés à la bonne date ont fait leur office. Le second objectif est d'écarter Jean-Luc Mélenchon - vous vous rendez compte : un duel entre "la France insoumise" et le Front national au second tour avec un appel au "front républicain" contre l'extrême-droite ?

Un choix impossible pour la caste au pouvoir, pour les patrons du CAC 40 !

Donc, il faut éliminer Mélenchon. En réduisant au minimum la couverture de sa campagne, certes, mais est-ce suffisant ?

Deux précautions valent mieux qu'une : il lui est opposé au premier tour un candidat étiqueté d'emblée de "gauche de la gauche". Un 'frondeur' socialiste mais aussi, ex-ministre de François Hollande, est choisi en la personne de Benoît Hamon, dont le nom sort tout de go du chapeau de la primaire du PS. Avec lui, rien à craindre : ni ses idées, ni son élection. Mais il doit réduire l'assiette électorale de Jean-Luc Mélenchon. C'est son rôle. Pas la moindre chance de figurer au second tour, vous pensez, le candidat officiel du PS ! Les Français ont déjà donné

Donc, aux yeux de l'oligarchie, le paysage électoral est déblayé...Macron, qui bien sûr, n'est "ni droite-ni gauche", élu dans un fauteuil président de la République, le baron Edmond de Rothschild (ou François de Castries et l'Assurance privée) - moralement - à Matignon et Uber ministre de l'Economie, la France deviendrait ainsi une start-up de libre échange dans l'espace européen et les citoyens, des autoentrepreneurs, libres de toute sécu et du moindre droit.

Tel est le scénario rêvé par les tenants du pouvoir de l'argent...

Les Français couronneront-ils le film ? Là est toute la question.

Jean Lévy

SOURCE :

 

Commenter cet article