Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

[DÉBAT] MÉLENCHON est-il une alternative souhaitable ?  Par Laurent Herblay [blog gaulliste libre]

Mélenchon fait partie des choix possibles pour ceux qui souhaitent une véritable alternative aux politiques des dits socialistes et de la droite, comme le soutient David Desgouilles. Malgré sa promesse d’une Sixième République, je me suis véritablement intéressé à son discours, lisant son livre programme « L’avenir en commun » et regardant sa prestation à l’Emission Politique. Bilan.

L’internationalisme libertaire tenté par la patrie

On peut reconnaître une chose à Jean-Luc Mélenchon, c’est d’avoir su trouver de nouveaux moyens de parler aux électeurs potentiels. Il parvient à la fois à être à la pointe de l’utilisation des nouveaux moyens numériques, tout en n’oubliant pas les moyens plus traditionnels, à travers ce livre-programme vendu à peine trois euros chez les buralistes. Il faut reconnaître que « L’avenir en commun » regorge de propositions, de la politique pour les handicapés à la politique de la mer, tout en passant par le sport professionnel et amateur… Tous les sujets ont été étudiés et font l’objet de propositions, assez souvent intéressantes, une belle contribution au débat démocratique.

Bien des constats sont justes, que ce soit sur les inégalités, l’austérité, la direction néfaste de l’UE, les dégâts du libre-échange, la pauvreté, l’urgence écologique ou les dangers des excès du consumérisme. Et bien des propositions sont intéressantes. Retrouver l’expression « protectionnisme solidaire » n’est pas pour me déplaire, même s’il n’a pas repris les propositions que j’avançais en 2013. Si une partie non négligeable des mesures proposées sont intéressantes, paradoxalement son discours manque de pédagogie et d’explications globales et macro, ne replaçant pas les centaines de mesures présentées en 83 points dans un cadre suffisamment cohérent, clair et compréhensible.

La proposition 4 évoque à la fois un « régime parlementaire stable » et une Assemblée nationale élue à la proportionnelle. Dommage de ne pas voir que les institutions de la Cinquième République permettent un vrai changement, quand la Sixième serait une véritable aubaine pour En Marche… De même, le discours sur le plan A et le plan B sur l’UE manque de clarté. Après l’épisode Grec, comment ne pas comprendre que le plan A, outre le fait d’être totalement illusoire, n’est même pas souhaitable. L’UE est mauvaise par nature, pour la démocratie, et pour la condition humaine. Il n’y a qu’un plan souhaitable : sa disparition dans les poubelles de l’histoire, le plus tôt possible, sans ambiguité.

Et après l’épisode Tsipras, le doute existe vis-à-vis de la gauche radicale, qui semble prête à solder tous ses idéaux sociaux et démocratiques sur l’autel d’une foi internationaliste. Et entre son pas de deux sur l’UE et celui avec le représentant d’un PS qui a tellement trahi, difficile de ne pas avoir de gros doutes. Le logiciel patriote ne semble pas pleinement intégré par la France Insoumise, dont le nom pourrait bien signifier qu’elle rassemble surtout des internationalistes libertaires, certes progressistes, mais dont on pourrait craindre, que, comme Tsipras, plaçés devant un choix entre des parties de leur programme et la coopération internationale, ils mettraient beaucoup d’eau dans leur vin.

Cela est d’autant inquiétant que l’on retrouve dans ce programme bien des idées de cette gauche libertaire (légalisation du cannabis, absence complète d’un volet sanction sur l’insécurité, discours sur l’immigration) qui est finalement depuis des décennies, consciemment ou pas, l’alliée des ultra-libéraux. Je continuerai à le suivre dans cette campagne, mais, pour l’instant, je ne suis vraiment pas convaincu.

 

SOURCE :

Commenter cet article