Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Publié par El Diablo

source: bnf gallica

source: bnf gallica

C'est le début de la fin pour le Front populaire qui regroupe le Parti radical, le parti socialiste et le parti communiste, celui-ci ne participant pas au gouvernement. Neuf mois que le gouvernement du socialiste Léon Blum est en fonction. Neuf mois que la Chambre des députés légifère sur les droits conquis par les travailleurs en grève : congés payés, semaine de 40h de travail, droit syndical, augmentations salariales... Mais le 13 février 1937, Léon Blum annonce une « pause sociale » dans le programme du Front populaire : ajournement de la retraite pour les vieux travailleurs et des allocations chômage, réduction drastique des grands travaux. Et puis, il y a la « non-intervention » française depuis août 1936 dans la défense de l'Espagne de Front populaire contre un coup d'état militaire fascisant.

En juin 1936, certes, les ligues d'extrême-droite françaises ont été dissoutes par le gouvernement. Mais elles ont fondé des partis fascisants à la place : le Parti social français ou le Parti populaire français. Ils relèvent la tête, encouragés par la victoire des nazis en Allemagne, du fascisme en Italie, de la dictature au Portugal. Le PCF alerte les travailleurs : « Les hommes du fascisme voudraient rayer d'un trait de plume toutes les conquêtes sociales, ramener notre pays aux jours les plus sombres de la réaction. » Mais l'élan populaire s'essouffle. Le 4 décembre 1936, les députés communistes ne votent pas la confiance au gouvernement Blum. Ils s'abstiennent, espérant que le mouvement social pèse en faveur d'une reprise des réformes progressistes et démocratiques.

[…]

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :

Commenter cet article