Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Publié par El Diablo

MORGANE, chercheuse à New-York, VOTERA Mélenchon pour se sentir moins seule

Ceux qui font le monde d'après : Morgane la Newyorkaise votera Mélenchon pour se sentir moins seule

Par Pierrick Tillet le 10 mars 2017

Issue d’une famille de conditions très modestes, Morgane, trente ans, est parvenue à décrocher un doctorat en science de la terre et d’environnement. Elle vit et travaille comme chercheuse à New-York. Elle explique les raisons pour lesquelles elle votera Mélenchon à la prochaine présidentielle.

Morgane donne trois raisons à ce soutien :

-le candidat de la France insoumise est le seul à avoir un discours crédible sur la lutte contre « la dramatique montée des inégalités de richesses » ;

-le seul à vouloir mettre la protection de l’environnement et le développement des énergies renouvelables au centre de l’économie :

-le seul qui parle de paix dans le monde dans le pays d’Europe occidental qui a le triste privilège d’être « le plus engagé dans des conflits armés dans le monde ».

Morgane, l’insoumise de New York, votera aussi Mélenchon pour se sentir moins seule :

« Moi, je vais vous dire, des gens avec mon parcours, je n’en rencontre pas. J’aimerais bien en rencontrer pour discuter, se taper sur l’épaule et tout. Mais non, je n’en rencontre pas. Alors qu’il y a quarante ans, des enfants de pauvres qui devenaient intellectuels, il y en avait, on en parlait. Aujourd’hui dans mon milieu, je ne rencontre pas ces gens, ils n’existent pas. Je me sens un peu seule. »

(…)

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS:

 

Commenter cet article