Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par El Diablo

capture d'écran

capture d'écran

Un montage diffusé par « L'Opinion » montre que François Fillon a prononcé un morceau de discours identique à dix ans d'intervalle.

Facétieux, le journal L'Opinion a mis en ligne sur Dailymotion, mardi 14 mars, un petit montage vidéo. On constate qu'un morceau de bravoure clamé par François Fillon au Trocadéro, le 5 mars dernier, et où défilent les grands noms de la République (Hugo, Clemenceau, De Gaulle), est strictement identique à celui qu'il avait prononcé dix ans plus tôt comme Premier ministre de Nicolas Sarkozy dans son discours de politique générale, le 3 juillet 2007.

Au Trocadéro, devant quelques dizaines de milliers de manifestants venus le soutenir, le candidat de la droite à la présidentielle s'enflamme : "La République est une révolte, face aux facilités, face aux échecs..." Dix ans plus tôt, il le soulignait déjà : "une révolte face aux facilités".

Une plume en panne d'inspiration ?

Le député de Paris enchaîne sur une envolée que l'on peut superposer à dix ans de distance : "Elle fait de chacun d'entre nous le compagnon de l'autre. (...) La République (...), si elle tombe, elle se relève, tel Gavroche sur sa barricade. Elle se relève toujours, et c'est la faute à Voltaire, et c'est la faute à Rousseau. C'est aussi pour nous la faute à Victor Hugo, la faute à Clemenceau, à Gambetta, à De Gaulle et aux héros de 20 ans de la Résistance. Vivre, c'est ne pas se résigner, écrivait Camus. Sans cesse dans son histoire, la France a cru au mouvement. Elle n'a jamais fait bon ménage avec le statu quo et les arrangements à la petite semaine. Ce que le général de Gaulle qualifiait de 'petite soupe', 'son petit feu dans sa petite marmite'."

Le journal Closer note que François Fillon faisait déjà appel, quand il était chef du gouvernement, à la plume de son ami Igor Mitrofanoff. Celui-ci était-il en panne d'inspiration ? Ou pensait-il que cet extrait était idéal pour galvaniser la foule du Trocadéro ? Quel que soit le cas de figure, le texte a visiblement été ressorti des archives pour un copié-collé.

SOURCE :

Commenter cet article