Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par El Diablo

capture d'écran : canal + , France 2

capture d'écran : canal + , France 2

Entre la récompense obtenue par le journaliste François Ruffin à la cérémonie des Césars et la prestation télévisuelle du candidat « anticapitaliste » Philippe Poutou, invité du « talk-show » hebdomadaire de Laurent Ruquier, un point commun : une défense de la classe ouvrière happée et encadrée par la machine du spectacle.

Marcel Mauss parlait du capitalisme comme d’un « fait social total », c’est-à-dire un fait qui mobilise la société dans toutes ses composantes, à tous ses niveaux. Il n’est donc pas étonnant qu’un « fait social total » aille jusqu’à se saisir du discours qui prétend le combattre. Rien d’étonnant à ce qu’un film qui dénonce avec beaucoup d’humour et une certaine efficacité le libéralisme sauvage et les souffrances du monde ouvrier convienne à la société du spectacle, le stade achevé du libéralisme selon Guy Debord. Avec François Ruffin, nous avons en réalité un spectacle dans le spectacle : tout en moquant les outils qui lui sont offerts (avec des tee-shirts improbables caricaturant les grands patrons et des discours insolents), il s’insère dans un cadre qui demeure imperturbable.

[...]

LIEN VERS LA SUITE DE L'ARTICLE CI-DESSOUS:

Commenter cet article