Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par El Diablo

Par P.A.Millet, le 27 avril 2017

Le premier tour des élections présidentielles 2017 accélère la recomposition politique pour accompagner la transformation du capitalisme. Il n’était plus possible dans le cadre politique ancien d’organiser une alternance assurant une majorité. François Hollande l’avait parfaitement compris et a mis en œuvre avec brio le mouvement "en marche".

Certes, tout cela est une mascarade "tout change pour que rien ne change" pour que la mondialisation capitaliste et sa déclinaison européenne continuent de détruire les acquis de la république, du Front populaire, de la résistance, de mai 68... d’insérer toujours plus la France dans l’atlantisme et le partage du monde sous une domination US de plus en plus militaire et agressive...

Il reste que le coup est réussi. Comme beaucoup d’autres, je pensais que la bulle allait se dégonfler, que la droite historique n’avait pas dit son dernier mot.... Or le résultat accélère la recomposition politique, à droite avec la fin du gaullisme, à gauche avec la fin du PC et du PS du programme commun

Il faut donc ouvrir en grand la discussion de nos analyses et discours, s’interroger sur leurs limites, non pas pour renier notre engagement communiste, mais pour en comprendre les insuffisances. Elles peuvent être tactiques, elles peuvent aussi être plus profondes et reposer les questions que les communistes, notamment en France, se posaient dans les années 60 sur la nature d’une transition démocratique au socialisme.

Car visiblement, nous en sommes loin. Le capitalisme n’est pas sur sa fin. Il est bien vivant, détruit toujours et construit toujours, organise le monde qui lui permet de se reconstituer plus vite et plus fort... et il invente de nouvelles formes économiques et politiques qui correspondent à son développement. Nous aurions tort de considérer que la violence de sa crise contiendrait par elle-même ce qui permettrait de changer de société... Le peuple connait bien la réalité du rapport de forces, et il ne sert à rien de "positiver" pour tenter de lui faire croire qu’il serait possible d’éviter la dureté de la résistance, de l’affrontement avec ce système.

[…]

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :

 

 

Commenter cet article