Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par El Diablo

photo d'illustration

photo d'illustration

Lundi 3 avril 2017, un salarié de l’usine Renault-Sandouville a tenté de mettre fin à ses jours sur son lieu de travail. Précisions.

Un drame évité de peu. Lundi 3 avril 2017, vers 15h, un salarié de l’usine de Renault-Sandouville, près du Havre (Seine-Maritime), a tenté de mettre fin à ses jours sur son lieu de travail.

Ses collègues le sauvent

L’homme s’est pendu avec, à côté de lui, un panneau mettant en cause son chef d’unité et son chef d’atelier, confirme la CGT à Normandie-actu.

« Des collègues ont immédiatement accouru pour le relever et couper la corde. Aucun chef n’a appuyé sur l’arrêt d’urgence pour suspendre la chaîne de montage », s’indigne Nicolas Guermonprez, secrétaire CGT à Renault-Sandouville.

[…]

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :

Renault Sandouville : un salarié a tenté de se suicider sur la chaîne de montage

le 6 avril 2017 par NPA Auto Critique

Un salarié de l’usine Renault de Sandouville a tenté de mettre fin à ses jours lundi après-midi 3 avril 2007 en se pendant sur la chaîne de montage du département 48.
José, père de quatre enfants, salarié depuis près de vingt ans dans l’usine, a tenté de mettre fin à ses jours en se pendant dans l’atelier de montage, sous les yeux de ses collègues. Aussitôt ses collègues sont intervenus, le décrochent et le sauvent. Il portait une pancarte accusant ses chefs d’unité et d’atelier, information rapportée par les témoins et reprise dans la presse.
La CGT explique dans la presse : « Ce drame n’est que la suite logique de ce que la direction a mis en place. Mais c’est silence, on bosse ! La chaîne de production n’a même pas été arrêtée », s’insurge Nicolas Guermonprez, délégué syndical CGT. « Je connais particulièrement ce salarié. Je peux affirmer qu’il n’a pas de problème personnel. Mais comment aurait-il pu évoquer son malaise professionnel ? Il est entouré d’intérimaires dont le turn-over est en moyenne de 96 jours. »
Une procédure de droit d’alerte pour danger grave imminent (DGI) est déposée par la CGT. Une réunion du CHSCT a décidé de l’ouverture d’une enquête. Comme a son habitude la direction essaye de faire passer cette tentative de suicide comme un problème personnel alors que tous les témoignages et éléments indiquent que cette tentative de suicide est bien liée au travail.

Lire informations presse
Article Ouest France
Article Paris Normandie
Site France 3

Commenter cet article