Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Sommes-nous obligés de choisir entre la peste et le choléra ?

Sommes-nous obligés de choisir entre la peste et le choléra ?

Introduction

Les Français sont confrontés aujourd'hui à une situation inédite qui voit un candidat solliciter leurs suffrages en revendiquant avec force sa dés-adéquation au politique et à la politique. Le Maître slogan d'Emmanuel Macron est sans conteste le « NI-NI ». Il convient de s'interroger sur la réelle signification de cette non appartenance, sur un état qui situe le candidat dans un espace indéfini flottant quelque part hors du champ politique, image symbolique de la légèreté et de la liberté, dégagé des contingences, tel un ballon gonflé à l'hélium dont on aurait lâché la ficelle. Ainsi, il devient porteur d'une image de nouveauté, dont la promesse politique ne serait entravée par aucun héritage plombant. Plus d'opposition, plus de conflits, de clivages, de dissension. Des pratiques politiques renouvelées fondées sur l'adhésion à la jeunesse et à la modernité, débarrassées des oripeaux de l'idéologie, du politique. Le consensus, enfin celui qui marque le degré zéro de toute pensée politique : soyons jeunes, soyons modernes et en marche vers l'avenir.


Qu'en est-il de la réalité et de ce rêve rose et bleu offert par un candidat qui se donne à voir dans un conte de fée pour veillée dans les chaumières. Sans passé, sans passif et en quelque sorte chimiquement pur.… Il est vrai que pour maintenir l'illusion, mieux vaut ne parler de rien de ce qui fâche et offrir le spectacle lisse et sans aspérités de commémorations consensuelles comme vient de le faire Emmanuel Macron, instrumentalisant sans vergogne des événements tragiques opportunément réactivés pour les besoins de la cause. Et de quelle cause parle-t-on? Des élections, bien sûr, et de la conquête du pouvoir.


Et voilà que ressurgit la politique, ses tentations, ses ambitions et ses arrière-pensées. Il se peut que le but du candidat, en évacuant le débat, vise à faire apparaître ses propositions comme nécessaires, inévitables, bénéfiques et donc nécessairement consensuelles mais rien n'est jamais acquis et la démocratie, fort heureusement, a la vie dure et ne se laissera pas prendre aux faux-semblants.
De quoi Emmanuel Macron est-il le nom, selon la formule déjà utilisée pour Nicolas Sarkozy en 2007 ? En quoi son projet est-il le stade ultime de la convergence des intérêts de ceux qui l’ont porté sur les fonds baptismaux ? Que peut la démocratie confrontée à une telle situation, c'est ce que se proposent de faire apparaître les textes qui suivent.

[…]

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :

Commenter cet article