Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Le siège du Parti Communiste Français- oeuvre de l'architecte brésilien Oscar Niemeyer - Photo Milena Chessa (cliché printemps 2011) -(source: el-siglo2.blogspot.fr)

Le siège du Parti Communiste Français- oeuvre de l'architecte brésilien Oscar Niemeyer - Photo Milena Chessa (cliché printemps 2011) -(source: el-siglo2.blogspot.fr)

[TEL QUEL] Extrait du rapport de Pascal Savoldelli au Conseil National du PCF du 11 mai 2017 :

Pour votre information nous publions ci-dessous, un extrait de l’intervention de Pascal Savoldelli au dernier conseil national du PCF :

Avec la naissance et le développement de la France Insoumise, nous sommes en présence d’une force et d'une organisation politique d’un type nouveau.
De toute évidence, cette force ne peut pas être confondue avec les sept millions d’électeurs qui ont mis un bulletin Mélenchon dans l’urne.
Comme tous les électorats, celui-ci n’appartient à personne, il est composite car étant l’addition de l’électorat du Front de Gauche, de 24% de celui de Hollande en 2012, de 38% des électeurs écologistes et de jeunes primo électeur. Comme tous les électorats, il peut être volatile et peu docile aux consignes de vote d’une organisation politique. La différence assez nette entre le vote des électeurs de Mélenchon au 2e tour de la présidentielle et le résultat de la consultation de la FI sur le 2e tour, le démontre.

La FI n’est pas non plus une simple évolution ou transformation du PG. Comme pour En Marche, la FI s’est constituée autour d’une plate-forme internet basée sur la transposition au domaine des campagnes électorales des techniques marketings de « Gestion de la relation client » qui transforme le client en promoteur et militant de la marque. C’est autour de ce type de plateforme que ce sont construites les campagnes d’Obama, Trump, Sanders, et d’autres. Si ce sont des outils centralisés de mobilisations militantes et de campagne extrêmement efficaces et pertinents, ils ne règlent ni la pérennité, ni la vie démocratique d’une organisation.

Ainsi il s’agit d’une organisation horizontale, de par le quadrillage du territoire par de multiples « groupe d’appui », mais en réalité inséré dans un fonctionnement très vertical, puisque l’essentiel de la communication, des éléments de langage, des mots d’ordre, des choix politiques cruciaux est centralisé sur un petit noyau dirigeant autour de Jean-Luc Mélenchon.
Comme l’a montré la consultation interne sur le 2e tour, cette organisation ne pratique pas la délibération et a une vie démocratique simplifiée. C’est une organisation basée sur une base de données de contacts et la mise en mouvement sur des campagnes, avec des degrés très divers d’engagement de ces contacts, allant de réception d’information, au don financier, à la distribution de tract, la participation à des porte à porte et à la « chasse en meute » sur les réseaux sociaux.

La FI n’est pas un parti au sens classique du terme, mais une multitude d’individus sincères, désintéressés, au sens de Toni Négri, un petit noyau dirigeant centralisant tous les pouvoirs.
Ce type d’organisation est extrêmement efficace et réactif dans une campagne présidentielle à la française centrée sur un leader. Elle est très prisée par les médias et les réseaux sociaux qui sont devenus la première source d’information des 18-25 ans et leur principal lieu de politisation.

Sur le plan de l’orientation politique, FI revendique son refus de toute référence à la gauche, préférant à cette notion politique historiquement structurante, la notion exclusive et sublimée de « peuple ». FI se revendique ostensiblement de l'essentialisme du peuple en omettant les rapports de classe.

La nature et le fonctionnement particulier de FI a été une difficulté qui s’est ajoutée aux difficultés politiques de fond que nous avons eu avec eux sur la question des législatives.

Sans revenir sur tout ce qu’a énoncé Pierre (Laurent) dans sa lettre aux adhérents concernant les négociations sur les législatives, je voudrai aborder les questions saillantes qui ont conduit à ce jour à leurs avortements. D’abord le potentiel ouvert par le résultat de Mélenchon le 23 avril nous a conduit à faire une offre de rassemblement maximum de la gauche de transformation sociale, sous une bannière commune et respectueuse de chacun, afin de se donner les moyens de gagner un maximum de députés dans les 212 circonscriptions où la gauche de transformation sociale était en tête au 1er tour des présidentielles.
FI nous a immédiatement répondu qu’un tel rassemblement ne pouvait avoir lieu qu’à l’intérieur de la FI, c'est à dire en signant leur charte adoptant leur matériel et leur programme. Ce qui était inacceptable, tant pour notre Parti que pour EELV, R&S ou Ensemble. Pas d'union sans fusion. Nous ne sommes pas biodégradables !
Dans un deuxième temps, tout en maintenant notre offre, nous avons accepté de discuter sur un nombre restreint de circonscriptions dites gagnables. Notre objectif étant le rassemblement sur des candidatures communes sur ces circonscriptions, afin de faire élire un maximum de député-e-s et de pouvoir former un groupe le plus important possible à l’Assemblée. A cela, la FI nous a répondu que son objectif politique n’était pas territorial, il était avant tout de faire élire quelques dirigeants et que pour cela elle n’envisageait que des retraits réciproques avec le PCF.
Finalement, au lieu d’avoir une discussion nationale sur les circonscriptions où les uns et les autres étaient objectivement les mieux placés pour l’emporter, la FI a focalisé la discussion sur des circonscriptions dites « prioritaires pour nous » comme Montreuil, Grigny et Ivry où l’empreinte communiste sur le vote Mélenchon est indiscutable et essentielle à leurs yeux.
FI en a fait à la fois des points non négociables, qui ne pouvaient pas être sortis de la négociation, ni faire l’objet de circonscription de substitution permettant l’élection des dirigeants concernés de la FI. C’est ce qui in fine a conduit à la situation que nous connaissons.
La dernière proposition que nous avons formulée mardi après-midi, après décision collective du CEN fut celle de trouver un accord sur une cinquantaine de circonscriptions à fort risque FN ... en vain !

Vous le voyez, les négociations nationales ont échoué sur une forte divergence sur les objectifs politiques poursuivis. D’un côté le développement et l’enracinement de FI sur des territoires d’implantation et de force du PCF, d'autre part notre volonté poursuivie de rassembler toute la gauche de transformation sociale afin de garder et gagner des député-e-s. Néanmoins, il nous appartient de créer toutes les conditions d'un dialogue public local, départemental afin de ne pas envenimer nos relations devant les populations. Se poser avec les citoyens la question du ou de la candidate maximum de rassemblement. Le dépôt des candidatures va se dérouler du 15 au 19 mai.

 

Commenter cet article