Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

photo d'illustration

photo d'illustration

L'abstention de masse, particulièrement parmi les moins de 34 ans et les couches populaires, fait la démonstration que la représentation nationale à l'Assemblée ne reflétera pas la réalité du corps électoral. Les classes "dangereuses" sont évincées de fait du Palais Bourbon. Les trahisons des partis sensés les représenter les ont conduits à prendre du recul vis-à-vis de la politique, et, en premier lieu, des urnes. La bourgeoisie se satisfait de la situation qui garantit, scrutin après scrutin, son maintien permanent aux affaires.

Cependant, les proportions prises par l'abstention ce dernier dimanche (57% des inscrits auxquels il faut ajouter les bulletins blancs), sont de nature à délégitimer le pouvoir, aujourd'hui incarné par le président de la République. Que pèsent en effet les élus sous étiquette "Macron" lorsque leur parti, La République En Marche, ne représente effectivement 15 à 16% des électeurs ? C'est peu pour revendiquer l'autorité l'Etat afin de justifier une politique massivement impopulaire (63% des Français se déclarent hostiles au recours aux ordonnances visant la destruction du Code du travail).

Aussi, le "débat" risque de quitter le Palais Bourbon pour l'asphalte de nos cités.

Ces élections ont cependant permis une œuvre salutaire : la quasi disparition parlementaire du Parti socialiste, de 290 élus en 2012, ils se retrouvent aujourd'hui réduits à 29 ...Ils payent cash leur amour immodéré de la finance, leurs reniements, la trahison permanente de leurs engagements électoraux. Et parmi la poignée d'élus PS qui surnage, tel et tel qui ne le doivent qu'à la mansuétude d'Emmanuel Macron - Le Foll en est un bel exemple - s'en vont aller brouter dans la prairie présidentielle rejoindre le troupeau qui a déjà changé de dossard.

Un spectacle sur lequel la droite LR ne pourra pas se dauber : fanatique des tables de la loi patronale, elle s'apprête elle-même à plonger dans le même marigot.

Cependant, une situation nouvelle s'est créée lors du scrutin du 18 juin : l'émergence d'une force qui se veut contestataire à la gauche de l'hémicycle : 17 députés de la France Insoumise entrent à l'Assemblée et vont former un groupe parlementaire - une première depuis des législatures - et entendent mener la guerre sociale au nouveau pouvoir en place. La déclaration de Jean-Luc Mélenchon en fait foi dans la mesure où les actes suivent ses fortes paroles. A leur côté, 10 députés PCF pourraient leur faire écho, dans la mesure où leur habit parlementaire n'entrave pas leur détermination. Mais bonne nouvelle : la Seine-Saint-Denis passe à nouveau au rouge, du moins au niveau des électeurs.

Que ceux-ci - du 93 et d'ailleurs - soient vigilants en se souvenant que " c'est pas à l'Elysée, c'est pas à l'Assemblée, c'est pas dans les salons, qu'on obtiendra satisfaction !"

Il n'y a pas besoin d'être fakir pour crier : "C'est tous ensemble qu'on va gagner !"

J.L.

sur son blog :

Commenter cet article