Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par El Diablo

MACRON plaisante sur les bateaux qui «amènent du Comorien» à Mayotte !..

La très mauvaise blague de Macron sur les bateaux qui "amènent du Comorien" à Mayotte

 

Malgré son souci du détail et de la com' maîtrisée au millimètre, encore largement accentué depuis son accession au pouvoir, il arrive toujours à Emmanuel Macron de ne pas totalement contrôler son expression. Le chef de l'État, qui a souvent fait polémique par ses écarts de langage depuis son entrée en politique, vient en effet de commettre son premier impair du genre depuis son élection le 7 mai dernier.

La scène se passe jeudi 1er juin mais était passée inaperçue jusqu'à ce que l'émission Quotidien ne la diffuse vendredi soir. Ce jour-là, Emmanuel Macron est en visite au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique (CROSS) d'Etel (Morbihan). La discussion avec un agent du site tourne autour de bateaux de pêche, notamment ceux que l'on peut trouver à Mayotte. Les kwassa-kwassas, en particulier, de petits canots aussi utilisés par les passeurs pour amener des migrants comoriens sur l'île française de l'océan Indien, une traversée risquée qui a provoqué la mort de très nombreuses personnes ces dernières années.

(...)

LIEN VERS LA SUITE DE L'ARTICLE CI-DESSOUS :

Commenter cet article