Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par El Diablo

photo d'illustration (source: Le Figaro)

photo d'illustration (source: Le Figaro)

DOUCHE FROIDE POUR LES SALARIÉS DE VEOLIA EAU FRANCE

Le groupe de services à l'environnement compte supprimer près de 600 emplois d’ici 2020.

Sombres perspectives pour les salariés de Veolia Eau France : 572 emplois seront supprimés d’ici à 2020, via un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Ce n’est pas tout, puisqu’un millier de postes seront soumis à des mobilités géographiques. Ces mesures ont été présentées à l’occasion du comité social d’entreprise du 20 juin, alors que la direction présentait le volet organisationnel et social du plan de relance de l’activité eau en France.

“Tout le monde a été surpris par cette annonce. La direction avait annoncé une réorganisation fin mai, mais on ne s’attendait pas à ce que ça saigne à ce point-là”, s’indigne Jean-Luc Touly, représentant FO de Veolia Eau Ile de France, qui rappelle que Veolia Eau France a déjà supprimé dans les 1.500 postes ces 3 dernières années via des plans de départ volontaires. Mesure la plus spectaculaire, le nombre de centres de Service client, actuellement au nombre de dix, sera ramené à trois, situés à Liévin, Vaulx-en-Velin et Montpellier. Les centres de Rennes, Toulouse, Cergy, Saint-Denis et Metz seront fermés en octobre 2018. Ceux de Nantes, Rouen et Nice, un an plus tard.

La direction de Veolia Eau avance toujours les mêmes arguments pour justifier ses coupes dans les effectifs : son activité est pénalisée par la récupération de la distribution d’eau par des régies municipales, les renégociations à la baisse des tarifs de l’eau par les collectivités locales et la loi Brottes, votée en 2013, qui interdit les coupures d’eau et augmenterait les taux d’impayés. “Cela ne tient pas, reprend Jean-Luc Touly, Veolia tient quand même plus de 50% de la distribution privée d’eau en France et le chiffre d’affaires est stable aux environs de 2,9 milliards d’euros. Quant à la loi Brottes, ils en rajoutent, elle ne met pas du tout en péril une entreprise comme Veolia."

En tous cas la réaction du personnel pourrait être houleuse, car l’ampleur des coupes annoncées vers 17h30 mardi 20 a fait l’effet d’une bombe, y compris dans le management. Antoine Frérot, le P-DG de Veolia, avait-il prévenu l’Elysée de ce projet ? Il avait en tout cas été l’un des grands patrons les plus virulents dans l’entre deux tours de la présidentielle, appelant à voter Macron pour stopper la menace Le Pen. Et voilà qu’il offre à son champion l’une de ses premières vagues de licenciements. L’occasion aussi de voir ce que le nouveau gouvernement a dans le ventre côté social.

SOURCE :

Veolia va supprimer près de 600 postes en trois ans

La direction du groupe de gestion de l’eau et des déchets présentait mardi le volet organisationnel et social de son plan de relance de l’activité eau en France.

La direction de Veolia a annoncé mardi 20 juin que 572 postes seront supprimés d’ici à 2020 dans sa branche eau en France, une activité pénalisée depuis plusieurs années par la baisse de ses marges du fait d’une forte concurrence et de la faible inflation, selon la direction.

Selon le directeur général de Veolia eau, Frédéric Van Heems, ces postes, « identifiés comme étant en sureffectif », vont être soumis à un plan de sauvegarde de l’emploi. Les suppressions de poste passeront par des mesures d’âge et un plan de départs volontaires, avec un accompagnement des salariés concernés, a-t-il précisé à l’issue d’un comité central d’entreprise, sans exclure des départs contraints si les objectifs n’étaient pas atteints.

La direction présentait mardi le volet organisationnel et social de son plan de relance de l’activité eau en France, qui vise à doubler sa rentabilité opérationnelle et à atteindre un chiffre d’affaires d’au moins 3 milliards d’euros en 2020, contre 2,9 milliards d’euros en 2016.

Ce plan comporte une réorganisation des équipes de Veolia dans les fonctions hors exploitation. 281 postes seront supprimés à ce niveau.

La CGT opposée aux suppressions de poste

Par ailleurs 987 postes devront évoluer au travers de mobilités géographiques et fonctionnelles, selon une source syndicale, notant qu’il s’agit du « quatrième plan social en trois ans » dans cette branche du groupe.

« Nous n’acceptons pas ces suppressions d’emploi, surtout par licenciement sec », a affirmé Franck Le Roux, représentant de la CGT, en évoquant « des départs volontaires pour commencer et des départs contraints » ensuite faute de volontaires en nombre suffisant.

La CGT, première force syndicale, souligne aussi avoir demandé « depuis longtemps la mise en place de la gestion prévisionnelle des emplois », compte tenu de « l’arrivée des nouvelles technologies dans nos métiers ».

Ces nouvelles suppressions de poste interviennent alors que le précédent plan de départs, annoncé fin juin 2016, n’est pas encore totalement bouclé puisque les candidats à une mobilité interne ou un départ de l’entreprise peuvent encore déposer leur dossier jusqu’au 30 juin.

SOURCE :

Commenter cet article