Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

photo d'illustration (source: midi libre)

photo d'illustration (source: midi libre)

BUDGET de la Défense:  se poser les VRAIES QUESTIONS

Un communiqué de le Fédération Nationale CGT des travailleurs de l’Etat revient sur le départ du Chef des Armées, Pierre de Villiers.

« La crise ouverte entre le président Macron et le Chef d’Etat-major des Armées (CEMA) Pierre de Villiers vient donc de se terminer (provisoirement ?) par sa démission. Ce départ, fait unique sous la 5ème république, marque assurément la première crise politique de l’ère Macron.

Rappel des faits:
 

M. Macron entend dès 2017 faire repasser la France sous le seuil des 3% de déficit public exigé par l’Europe. Pour atteindre l’objectif, 5 Milliards d’euros d’économie sont à faire d’ici la fin de l’année. Tous les ministères sont mis à contribution et, comme souvent, le ministère des armées apporte la plus forte contribution, 850 millions d’euros soit 20% de la somme totale.
 

Dans les faits, pour le ministère des armées l’économie demandée reviendrait à supporter seul le coût des opérations extérieures alors que la loi de programmation militaire prévoit un financement interministériel.
 

Il reste maintenant à savoir quelles lignes budgétaires vont être impactées pour tenir dans cette enveloppe financière réduite (report d’embauches ? de programmes...)


M. De Villiers dans un communiqué publié le 19 juillet, se dit « ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays » En clair, pour le CEMA la coupe budgétaire demandée est en opposition avec la politique et la stratégie de défense actuelle de notre pays auxquels il a très certainement contribué. La rancoeur de M. De Villiers doit être d’autant plus forte que M. Macron s’est engagé à une hausse continue du budget de la défense jusqu’en 2025 pour atteindre le niveau de 2% du PIB demandée par l’OTAN. M. De Villiers a cru au « macronisme », il en est aujourd’hui le premier déçu, il y en aura surement beaucoup d’autres.
 

Nombre de responsables et d’organisations politiques, syndicales se sont offusqués de cette baisse du budget de la défense.
 

Pour la CGT, au-delà de la seule question du budget global octroyé par notre pays à sa défense, il y a nécessité de consacrer un large débat national sur notre politique actuelle de défense et sur le coût que cela engendre :
 

Par exemple, notre pays est après les Etats-Unis celui qui a le plus de forces déployées en OPEX. Quel est le bilan de cet engagement sur la lutte contre le terrorisme et quelles en sont les conséquences sur les populations et la déstabilisation géopolitique des régions impactées ?
 

Nos armées doivent-elles continuer à s’engager auprès des industriels en soutien aux exportations d’armement (SOUTEX) dont les 2 principaux « clients » sont le Qatar et l’Arabie Saoudite, pays autoritaires, antidémocratiques, soupçonnés de soutenir le terrorisme dont notre pays est une des principales cibles ?
 

La France doit-elle poursuivre la modernisation de ses moyens de dissuasion nucléaire ? (En 2025 le budget consacré à la dissuasion sera doublé, à euro constant, par rapport au budget 2013, soit approximativement 6 Milliards d’euros par an)


La France doit-elle rester dans le commandement intégré de l’OTAN et satisfaire à son exigence de consacrer au minimum 2% de son PIB à la défense ?


Quels sont les moyens à mettre en oeuvre pour lutter plus efficacement contre le terrorisme à court, moyen et long terme (renseignement, prévention, éducation …)
Loin donc du psychodrame qui se joue aujourd’hui autour de la démission du CEMA,
la question de fond que pose la CGT est : de quels moyens de défense avons-nous besoin pour assurer la sécurité de notre territoire et de ses citoyens ?


La CGT continuera donc à s’exprimer et à porter auprès de tous les décideurs politiques notre exigence que s’ouvre, autour de ces questions essentielles, un véritable débat citoyen.


Pas certain que M. Macron, écartelé entre d’une part le respect des critères européens et Mme Merkel et d’autre part les exigences de l’Otan et M. Trump, relève le défi.

Montreuil, le 20 juillet 2017

SOURCE:

Commenter cet article