Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Jean-Claude Mailly (source photo: Ouest-France)

Jean-Claude Mailly (source photo: Ouest-France)

Force ouvrière, il y a les déclarations de Jean-Claude Mailly, qui contrastent étonnamment avec le positionnement entendu en 2016 contre la loi El Khomri. Mais il y a aussi plusieurs prises de position dans des départements, dans des intersyndicales, qui restent en phase avec le combat de l’an dernier.

En Ile de France, pour le rassemblement du 27 juin, l’appel unitaire reproduisait l’intersyndicale de 2016. Nous mettons à disposition d’autres textes, puis des extraits d’un article du Canard Enchainé, qui fait état des débats dans Force ouvrière.

 

Force ouvrière : plusieurs prises de position s’opposent au projet Macron

Extrait du « Canard Enchainé » :

« Fronde syndicale contre le patron Mailly »

 

[…] « Un nombre croissant de responsables de Force ouvrière avouent ne plus se reconnaître dans ses propos étrangement conciliants sur la réforme du Code du travail.

Dernier épisode en date, le jeudi 6 juillet : le secrétaire gé­ néral du syndicat a passé un moment difficile devant la com­mission exécutive de FO réunis­ sant les 35 principaux diri­geants du syndicat. Alors que les échanges, d’ordinaire,  sont plutôt  plan-plan, plusieurs ga­lonnés n’ont pas hésité à mettre en cause la  bienveillance sup­posée de leur secrétaire général   vis-à-vis  de Muriel Pénicaud. Mais, comme il l’a confié à plusieurs reprises  au  «  Canard », Mailly s’en tient à sa ligne : le gouvernement pratique la concertation ; FO attendra de lire ses ordonnances pour, éven­ tuellement, réagir. Dès le len­demain de cette commission, le boss a même diffusé une circulaire pour réaffirmer sa position : « C’est à la fin du marché qu’on compte les bouses. »

Décote bretonne

Les frondeurs n’ont pas été convaincus. Les représentants de plusieurs départements ont même exigé la convocation im­médiate du comité confédéral national (le « parlement » du syndicat, souverain entre deux congrès), alors que sa prochaine réunion était programmée pour fin septembre. Les départe­ments  bretons, flanqués de la Manche et de la Loire-Atlan­tique, entretiennent la jacque­rie ; la responsable du Finistère, Nadine  Hourmant,  menace : « Le vent d’ouest va bientôt sauf­ fier sur Paris. » Le Rhône et les outre-mer se sont joints à la ré­bellion. Quelques grosses fédé­rations professionnelles, comme celle de l’équipement public et privé – un fourre-tout syndical allant de Météo -France aux toi­lettes publiques – , soutiennent le mouvement.

[…]

« On ne peut pas se contenter de parlote avec un gouvernement qui s’attaque à nos droits ! peste l’un des frondeurs. En 2015, notre dernier congrès nous a mandatés pour combattre la loi Macron . Nous devons donc ré­clamer son abolition et dire non aux ordonnances. » Un respon­sable de fédération s’énerve en comparant les déclarations syn­dicales. «C’est incroyable de voir que les interventions de Laurent Berger dans la presse sont plus fermes que celles de Mailly ! On est même forcé de constater que le syndicaliste le plus offensif est le président de la CFE-CGC. »

[…]

A. G.

 

 

SOURCE:

 

Commenter cet article