Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

RIEN n’est joué ! (Le point de vue de Jean-Charles Marquiset, Membre du bureau national du POI)

En une semaine, Macron et Philippe ont annoncé des mesures d’une brutalité jamais égalée contre les garanties collectives des travailleurs du public comme du privé et les retraités. D’ailleurs, avec les annonces, ce week-end, concernant la réforme de l’ISF, la bascule du CICE en baisse pérenne des charges, et l’exonération de la taxe d’habitation qui devait être reportée, les choses ont bougé. Macron a répondu ouvertement sur ces sujets aux exigences de Gattaz. Attaque en règle contre le Code du travail, loi d’habilitation, ordonnances…, la ministre du Travail, Mme Pénicaud, expliquant à l’Assemblée nationale qu’il s’agit de « décentraliser les droits ». 

Sur tous les sujets, il faut détruire, s’attaquer aux services publics et aux fonctionnaires : blocage du point d’indice, rétablissement de la journée de carence, suppression de 120 000 postes comme première étape, s’attaquer aux retraites, c’est-à-dire organiser la retraite par points, augmenter la CSG de 1,7 % pour financer la suppression des cotisations salariales, en fait la fiscalisation et une perte sèche du pouvoir d’achat pour la majorité des retraités. Macron-Philippe auront-ils les moyens de leurs ambitions ? Au moment où 160 000 jeunes bacheliers n’ont pas de place en fac, où des dizaines et centaines de collégiens n’ont pas de place en lycée, Macron-Philippe annoncent une nouvelle attaque contre la Sécurité sociale pour revenir à l’équilibre de la Sécurité sociale dès 2020. Au moment où le patronat va être exonéré de dizaines de milliards d’euros de cotisations sociales, revenir à l’équilibre, c’est organiser la destruction des hôpitaux publics, les déremboursements, c’est l’approfondissement de la politique de Hollande-Valls-Touraine. Quant à la suppression de la taxe d’habitation, elle commencerait dès 2018 pour accélérer le processus de destruction des communes, pour les mettre sous la coupe d’une politique de suppression de postes et de services publics. Macron-Philippe annoncent vouloir être aux 3 % de déficit pour tenir les engagements européens. Philippe dénonce « l’addiction française à la dépense publique » en vue d’organiser un vaste plan de privatisation des services et des secteurs publics. 

Mais rien n’est joué d’avance, parce que l’histoire de notre pays, celle de la lutte de classe, est une réalité, et que l’histoire le démontre. L’objectif du gouvernement Philippe-Macron d’intégrer les confédérations syndicales n’est pas non plus joué d’avance. Le combat contre le corporatisme est une donnée réelle dans notre pays. La lutte de classes reste le moteur de l’histoire, les luttes de ces dernières années le démontrent, même si personne ne peut prédire les formes que prendront celles de demain. Lors des élections présidentielle et législatives, la forme politique a été le rejet, soit par l’abstention massive, soit par le vote Insoumis. 

Jean-Luc Mélenchon a confirmé qu’il entend avec son groupe parlementaire combattre la remise en cause du Code du travail, comme il l’avait fait en s’engageant, s’il était élu, à abroger la loi El Khomri. Mais il y a d’abord la lutte de classe qui peut faire reculer et battre en brèche la politique de Macron-Philippe, des hommes qui représentent 1,5 électeur sur 10. C’est dans une crise jamais égalée des institutions de la Ve République et des partis qui l’ont fait vivre que s’inscrit le combat contre leurs projets réactionnaires. Un choc se prépare. 

Le 12 juillet 2017

SOURCE:

Commenter cet article